Les migrants réussissent-ils aussi sur le marché du travail ?

C'est aujourd'hui la Journée internationale des migrants. Alors que la migration attire de plus en plus l'attention dans le monde, que savons-nous des millions de travailleurs migrants internationaux ?
Les migrants réussissent-ils aussi sur le marché du travail ?
Les migrants réussissent-ils aussi sur le marché du travail ?

Selon les estimations de l'OIT, il y a 164 millions de travailleurs migrants dans le monde. Ces travailleurs contribuent, directement et indirectement, aux sociétés et aux économies de leurs pays d'accueil. Cependant, dans de nombreux pays, les migrants rencontrent des difficultés sur le marché du travail en raison, entre autres, de restrictions au droit de travailler, de la non-reconnaissance de leurs diplômes étrangers et de leur expérience professionnelle, de la discrimination et des barrières linguistiques.

Les migrants en âge de travailler présentent des ratios emploi/population inférieurs à ceux de leurs homologues non migrants dans plus de la moitié des 96 pays pour lesquels des données sont disponibles. Les migrants sont plus susceptibles d'être au chômage dans la majorité des pays et les écarts sont particulièrement importants en Égypte, en Grèce, en Espagne et en Suède, où le taux de chômage des migrants dépasse celui des non-migrants de plus de 10 points de pourcentage.

Étonnamment, les migrants s'en sortent beaucoup mieux dans une poignée de pays : environ 70 % des étrangers sont employés au Brunei Darussalam, au Botswana et au Népal, contre seulement la moitié ou moins de leurs homologues nationaux. Les politiques de migration de main-d'œuvre ouvertes, avec peu de restrictions à l'emploi des travailleurs migrants, et la mesure dans laquelle la migration de main-d'œuvre s'effectue sur la base d'accords sont parmi les facteurs qui influent sur les taux d'emploi des migrants dans ces pays. Plusieurs décennies de recrutement actif de professionnels qualifiés étrangers jusqu'au début des années 2000, dans le but de combler les déficits de compétences dans divers secteurs, peuvent expliquer cette tendance au Botswana.

Au-delà de l'accès à l'emploi, les travailleurs migrants rencontrent des difficultés quant à la qualité des emplois qu'ils obtiennent. Les migrants sont plus susceptibles d'occuper des emplois peu qualifiés dans toutes les régions. Dans les 86 pays pour lesquels des données sont disponibles, 17 % des migrants occupent des emplois élémentaires, contre 12 % des non-migrants. L'écart est le plus important au Brunei Darussalam et en Italie, où un tiers des migrants employés occupent des emplois élémentaires, contre un non-migrant sur dix, malgré des niveaux d'éducation comparables. Cela laisse supposer une inadéquation importante entre les qualifications de nombreux migrants et les compétences et l'éducation requises pour leur profession. Dans la plupart des pays pour lesquels des données sont disponibles, les migrants sont aussi susceptibles que les non-migrants de travailler à leur compte. Ces travailleurs n'ont souvent pas de régime de travail formel et sont moins susceptibles de bénéficier de conditions de travail décentes que les employés.

Une autre conclusion inattendue est que les revenus des migrants ne sont pas nécessairement inférieurs à ceux des non-migrants. Les migrants gagnent moins que les non-migrants en moyenne dans les pays à revenu élevé, comme l'Arabie saoudite, la Finlande et le Luxembourg, mais ce n'est pas le cas ailleurs. Dans 17 des 28 pays à revenu faible ou intermédiaire pour lesquels des données sont disponibles, les migrants gagnent plus en moyenne que les non-migrants. En Zambie et au Rwanda, les migrants gagnent nettement plus, ce qui est lié à la part importante de migrants dans des professions spécifiques hautement qualifiées dans ces économies.

Dans l'ensemble, les migrants éprouvent des difficultés à trouver un emploi, à accéder à des professions correspondant à leur niveau d'éducation et à obtenir des revenus adéquats. Le manque de reconnaissance des qualifications et de l'expérience, les compétences linguistiques et la discrimination peuvent tous jouer un rôle à cet égard. Néanmoins, dans quelques pays dotés de politiques migratoires spécifiques ou de besoins particuliers sur le marché du travail, ils peuvent réussir à obtenir un emploi et un salaire convenables. Alors que nous célébrons la Journée internationale des migrants, nous devons également reconnaître que nous en savons encore trop peu sur les millions de travailleurs migrants dans le monde. Nous avons besoin de données plus complètes sur leurs conditions de travail, qui, à leur tour, peuvent soutenir des politiques plus ciblées visant à protéger les droits et à garantir un travail décent pour tous, indépendamment du statut de migrant. 

Auteur

  • Andonirina Rakotonarivo

    Andonirina est analyste de données à l'unité de coordination statistique et des sujets spéciaux du département des statistiques de l'OIT. Elle supervise la collecte annuelle de données pour la base de données des statistiques internationales sur les migrations de main-d'œuvre (ILMS).

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :