L'éducation paie, mais il faut être patient

La pandémie nous oblige à repenser et à réorganiser l'éducation. Les travailleurs ayant un niveau d'éducation élevé peuvent s'attendre à pouvoir trouver un emploi (et un emploi de qualité, d'ailleurs) dès qu'ils sont disponibles. Mais est-ce bien le cas ?
Photo par Good Free Photos sur Unsplash.

Cet article résume les conclusions de notre dernière édition de Spotlight on Work Statistics. Pour plus d'informations, consultez le dossier complet.

L'éducation est une composante essentielle du site développement durable. Elle favorise la croissance économique, la productivité du travail, les gains en capital humain et la mobilité sociale. En période de pandémie, les décideurs du monde entier ont dû repenser et réorganiser l'éducation sur place afin d'assurer sa continuité et de minimiser les effets négatifs sur les étudiants, les enseignants et les communautés.

L'enseignement supérieur permet aux travailleurs d'accroître leurs compétences, dans l'espoir d'obtenir de meilleurs emplois à l'avenir. Mais l'éducation est-elle réellement rentable ? Les travailleurs très instruits sont-ils mieux lotis sur le marché du travail ?

L'éducation est encore un luxe dans la plupart des pays du monde.

L'enseignement supérieur reste un privilège réservé à une minorité. Les données d'ILOSTAT montrent que dans la plupart des pays, la grande majorité des main-d’œuvre n'a pas obtenu de diplôme de l'enseignement supérieur. Le niveau d'éducation de main-d’œuvre est lié au niveau de revenu national : plus le pays est riche, plus la proportion de ses main-d’œuvre ayant un diplôme de l'enseignement supérieur est élevée.

Il est encourageant de constater que le niveau d'éducation du site main-d’œuvre augmente, les jeunes générations atteignant des niveaux d'éducation plus élevés que les générations plus âgées.

Le chômage des travailleurs hautement qualifiés : un défi de taille dans les pays à faible revenu

En poursuivant des études supérieures, les travailleurs peuvent espérer être mieux préparés pour le marché du travail. Ils peuvent s'attendre à trouver un emploi de qualité sans trop tarder. Mais ce n'est pas toujours le cas : les travailleurs hautement qualifiés peuvent se retrouver au chômage, parfois même pendant une longue période.

Dans quelle mesure notre niveau d'éducation nous protège-t-il du chômage ? En fait, dans 82 % des pays à faible revenu et dans 70 % des pays à revenu moyen inférieur pour lesquels des données sont disponibles, le taux de chômage est plus élevé pour les personnes ayant un niveau d'éducation élevé que pour celles n'ayant qu'un niveau d'éducation de base, tandis que cela est vrai dans 31 % des pays à revenu moyen supérieur et dans 16 % des pays à revenu élevé.

En d'autres termes, les personnes hautement qualifiées sont beaucoup plus susceptibles d'être au chômage dans les pays à faible revenu que dans les pays à revenu élevé, notamment par rapport aux personnes ayant un niveau d'éducation de base.

Cette constatation est confirmée par la comparaison de la proportion de personnes ayant un niveau d'éducation élevé parmi les employés et les chômeurs. La proportion de personnes ayant un niveau d'éducation élevé est plus importante parmi les chômeurs que parmi les employés (ce qui signifie que les personnes ayant un niveau d'éducation élevé sont surreprésentées parmi les chômeurs) dans 82% des pays à faible revenu et seulement 10% des pays à revenu élevé. De même, la proportion de personnes ayant un niveau d'éducation de base ou moins est plus importante parmi les chômeurs que parmi les employés (ce qui signifie que les personnes n'ayant pas atteint l'enseignement secondaire supérieur sont surreprésentées parmi les chômeurs) dans seulement 9 % des pays à faible revenu, contre 84 % des pays à revenu élevé.

Part des employés et des chômeurs ayant un niveau d'éducation donné (dernière année disponible pour chaque pays)

Source : Collection de microdonnées harmonisées du BIT.

En bref, dans les pays à faible revenu, les travailleurs qui ont le plus de mal à trouver un emploi adéquat sont ceux qui ont un niveau d'éducation élevé, alors que dans les pays à revenu élevé, ce sont ceux qui ont un niveau d'éducation de base ou moins. Cela pourrait être lié à des différences dans la structure du marché du travail et les possibilités d'emploi entre les pays. Les emplois qualifiés ou non qualifiés sont-ils plus abondants ? Dans les pays à faible revenu, les emplois qualifiés peuvent être rares et il peut y avoir une inadéquation entre les compétences requises pour les emplois disponibles et les compétences des demandeurs d'emploi. À l'inverse, les marchés du travail des pays à revenu élevé peuvent compter moins d'emplois non qualifiés, de sorte qu'il est plus difficile pour les demandeurs d'emploi ayant un niveau d'éducation de base d'y trouver un emploi.

Néanmoins, cela ne nous dit rien sur la situation des chômeurs, par exemple s'ils perçoivent ou non des allocations de chômage, le type d'infrastructure de recherche d'emploi auquel ils ont accès et leurs critères pour accepter une offre d'emploi. En outre, le taux de chômage plus élevé des personnes ayant un niveau d'éducation élevé n'implique pas nécessairement que leur situation est moins bonne : il se peut qu'elles puissent se permettre de rester au chômage plus longtemps que les travailleurs ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur à ce niveau. (Pour plus d'informations sur ce que le taux de chômage nous dit et ne nous dit pas, consultez notre article précédent et notre guide rapide).

Les travailleurs hautement qualifiés peuvent mettre un certain temps à trouver un emploi correct dans les pays à faible revenu, mais une fois qu'ils y parviennent, quelles sont les conditions d'emploi ? La qualité de l'emploi est tout aussi cruciale que l'accès à l'emploi. Au moins dans les pays à faible revenu, l'éducation ne semble pas être une protection efficace contre le chômage, mais est-elle payante en termes de qualité de l'emploi ?

Les travailleurs hautement qualifiés sont beaucoup plus susceptibles d'être des employés formels.

Situation dans l'emploi

Les personnes employées peuvent être classées selon leur statut dans l'emploi en salariés et en indépendants. Les indépendants comprennent les employeurs, les travailleurs à leur compte et les travailleurs familiaux collaborant à l'entreprise. Étant donné que les salariés bénéficient généralement de meilleures conditions de travail, la part des salariés dans l'emploi total (également connue sous le nom de taux d'emploi rémunéré) donne un aperçu des conditions de travail de la population employée. Il s'agit d'un indicateur indirect de la qualité de l'emploi.

L'impact du niveau d'éducation des travailleurs sur leurs chances d'avoir un emploi rémunéré est flagrant. Dans la grande majorité des pays disposant de données (87%), la proportion de salariés est plus élevée parmi les personnes ayant un niveau d'éducation élevé que parmi celles ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur. En fait, les travailleurs ayant un niveau d'éducation avancé ont une très forte tendance à être salariés : dans tous les pays disposant de données, sauf deux (Îles Salomon et Togo), le taux d'emploi rémunéré des travailleurs ayant un niveau d'éducation avancé dépasse 60 %.

Source : Collection de microdonnées harmonisées du BIT.

Ce qui est le plus frappant ici, c'est l'écart entre le taux d'emploi rémunéré des personnes ayant un niveau d'éducation élevé et celui des personnes ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur. L'emploi rémunéré est la norme dans les pays à revenu élevé en général, de sorte que dans ces pays, les taux d'emploi rémunéré sont élevés pour tous les travailleurs. Ainsi, dans les pays à revenu élevé, l'écart des taux d'emploi rémunéré entre les niveaux d'éducation est plus faible (dans le graphique, les marqueurs des pays à revenu élevé sont concentrés autour de la bissectrice et dans le quadrant supérieur droit). À l'inverse, dans les pays à faible revenu, l'emploi rémunéré est beaucoup moins fréquent et les travailleurs ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur à ce niveau parviennent rarement à obtenir un emploi rémunéré. Toutefois, dans les pays à faible revenu, les travailleurs très instruits ont autant de chances d'être salariés que dans les pays à revenu élevé (ce qui est très probable). En d'autres termes, dans les pays à faible revenu, les personnes ayant un niveau d'éducation élevé bénéficient d'une prime plus importante en termes de conditions de travail (dans le graphique, les marqueurs pour les pays à faible revenu sont concentrés dans le quadrant inférieur droit).

Informalité

Un autre aspect essentiel de la qualité de l'emploi est le caractère formel ou informel de l'emploi. Les emplois informels échappent au champ d'application de la législation du travail des pays, ce qui expose les travailleurs à un risque accru de vulnérabilité.

Nos données montrent une forte corrélation entre le niveau d'éducation de la main-d'œuvre et la probabilité que les travailleurs accèdent à des emplois formels. Dans tous les pays pour lesquels des données sont disponibles (quel que soit leur niveau de revenu national), les travailleurs ayant un niveau d'éducation élevé ont des taux d'informalité beaucoup plus faibles que les travailleurs ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur. Autrement dit, dans les pays pauvres comme dans les pays riches, l'éducation semble faciliter l'accès des travailleurs aux emplois formels.

En outre, étant donné que l'informalité est globalement plus répandue dans les pays à faible revenu, c'est là encore que les travailleurs hautement qualifiés bénéficient de conditions de travail plus avantageuses que les travailleurs moins qualifiés.

Mais le statut dans l'emploi et la nature formelle ou informelle des emplois ne nous donnent qu'une idée globale de la qualité des emplois. Qu'en est-il des conditions de travail plus concrètes, telles que la rémunération et le temps de travail ?

Les travailleurs hautement qualifiés sont plus susceptibles de disposer d'un temps de travail suffisant et de revenus adéquats.

Temps de travail

Les difficultés à obtenir des heures de travail suffisantes peuvent mettre les travailleurs et leurs familles dans une situation difficile. Ce que nos données montrent, c'est que, dans le monde entier, cela arrive plus souvent aux travailleurs qui n'ont pas terminé l'enseignement secondaire supérieur.

D'une manière générale, plus le niveau d'éducation d'un travailleur est élevé, plus le nombre moyen d'heures de travail habituel par semaine est important. Qui plus est, cela semble être vrai partout dans le monde, quel que soit le niveau de revenu du pays. Dans la majorité des pays pour lesquels des données sont disponibles (70 %), ce sont les travailleurs ayant un niveau d'éducation avancé ou intermédiaire qui travaillent habituellement le plus d'heures par semaine en moyenne. En outre, dans 68 % des pays disposant de données, les travailleurs ayant un niveau d'éducation de base ou inférieur au niveau de base travaillent généralement le moins d'heures par semaine.

Gains

Le rapport entre les revenus des travailleurs ayant un niveau d'éducation avancé et ceux des travailleurs ayant un niveau d'éducation de base nous donne une idée claire de la façon dont les revenus de ces deux groupes de travailleurs se comparent. Nous pouvons produire ce ratio pour les salariés dans 79 pays, et dans tous sauf 3 (Ghana, Liberia et Soudan), les salariés ayant un niveau d'éducation avancé gagnent en moyenne plus que ceux ayant un niveau d'éducation de base. Nous pouvons également produire ce ratio pour les indépendants dans 46 pays et dans tous sauf 3 (Comores, Italie et Samoa), les travailleurs indépendants ayant un niveau d'éducation avancé gagnent plus en moyenne que ceux ayant un niveau d'éducation de base.

L'éducation en période de pandémie

La pandémie de COVID-19 a eu un impact immédiat et massif sur le secteur de l'éducation. Elle a contraint les décideurs du monde entier à prendre des mesures pour contenir la propagation du virus, les amenant à repenser et à réorganiser l'éducation formelle et non formelle sur place. Dans un grand nombre de pays, les enseignants et les élèves de tous niveaux ont dû se tourner vers les cours virtuels et l'apprentissage en ligne. L'enseignement à distance est appliqué à une échelle sans précédent.

Il est sans doute encore trop tôt pour évaluer toute l'ampleur de la pandémie et des mesures prises pour la combattre sur les enseignants, les étudiants et la qualité de l'enseignement. Toutefois, il est clair que les enseignements tirés de cette période inhabituelle doivent être soigneusement pris en compte pour les améliorations futures.

Remarques finales

Dans les pays à faible revenu, les travailleurs hautement qualifiés peuvent avoir plus de mal à trouver un emploi approprié, car les emplois qualifiés sont rares, mais lorsqu'ils y parviennent, il y a de fortes chances que ce soit un emploi de qualité. Ils peuvent envier les taux de chômage plus faibles des travailleurs moins instruits, mais cela est certainement compensé en termes de qualité de l'emploi. En effet, les travailleurs très instruits ont tendance à gagner plus, à travailler plus longtemps et à avoir plus de chances d'être des employés formels.

À l'inverse, dans les pays à revenu élevé, les travailleurs qui n'ont même pas un diplôme de l'enseignement secondaire supérieur sont plus exposés à la fois au chômage et aux déficits de qualité de l'emploi. Ils sont plus susceptibles d'être au chômage que les travailleurs hautement qualifiés et, lorsqu'ils sont employés, ils sont moins susceptibles d'occuper un emploi rémunéré formel.

Néanmoins, il est nécessaire de souligner que la corrélation n'implique pas la causalité. De manière générale, plus le niveau d'éducation d'un travailleur est élevé, meilleures sont ses conditions de travail (notamment en termes de statut dans l'emploi, de formalité, de temps de travail et de revenus). Mais cela ne signifie pas nécessairement que c'est uniquement le niveau d'éducation élevé des travailleurs très instruits qui conduit à l'amélioration de leurs conditions de travail. D'autres facteurs peuvent entrer en jeu, et il peut y avoir des facteurs communs qui déterminent à la fois le niveau d'éducation des travailleurs et la qualité de leur emploi.

Les catégories de niveau d'études mentionnées dans cet article sont basées sur la Classification internationale type de l'éducation 2011, comme indiqué ici :

Cet article (et le dossier sur lequel il est basé) utilise des données produites par notre équipe de traitement des microdonnées en utilisant leurs procédures harmonisées. Pour en savoir plus sur nos activités de traitement des microdonnées , cliquez ici.

Auteur

  • Rosina Gammarano

    Rosina est économiste au sein de l'unité de production et d'analyse des données du département des statistiques de l'OIT, actuellement détachée auprès de l'équipe du coordinateur résident des Nations unies au Mexique. Au BIT, elle a été le point focal sur les indicateurs du marché du travail des ODD et un auteur récurrent pour Spotlight on Work Statistics. Passionnée par les questions d'inégalité et de genre, elle partage désormais son expertise avec le bureau de l'ONU à Mexico.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :