La nouvelle base de données de l'OIT met à jour les indicateurs liés au travail afin de répondre aux dernières normes en vigueur

Le cadre relatif aux statistiques du travail a fait l'objet d'une large publicité au fil des ans, en particulier auprès des producteurs de données et des décideurs politiques, car il a été conçu pour améliorer l'analyse du marché du travail et du genre. Mais peu de choses ont été dites aux utilisateurs de données intéressés par les comparaisons internationales. Jusqu'à aujourd'hui. Voici la solution d'ILOSTAT pour gérer les impacts des définitions révisées qui se produisent à différents moments dans le monde.
© Falise T. / OIT

Pourquoi une nouvelle base de données ?

Dans le cadre de sa mission de fixation de normes internationales, l'OIT élabore des normes en matière de statistiques du travail. Celles-ci sont introduites par l'adoption de résolutions et de directives lors de la Conférence internationale des statisticiens du travail (CIST). Des changements majeurs sont intervenus entre les normes adoptées lors de la 13eme CIST en 1982 et celles adoptées trois décennies plus tard lors de la 19ème ICLS en 2013. Ces changements reflètent plusieurs objectifs, tous destinés à accroître l'éventail et l'utilité des statistiques sur le travail et main-d’œuvre . L'un des objectifs importants était de combler les lacunes importantes des données sur le genre, comme le manque d'informations sur le travail non rémunéré, principalement effectué par les femmes.

Plus particulièrement, les normes de la 19e CIST ont élargi le champ des statistiques du travail en reconnaissant la nécessité de collecter des données sur différentes formes de travail, rémunéré ou non. À cette fin, elle a défini plus étroitement l'emploi comme un travail effectué contre rémunération ou profit. Lesactivités non effectuées en échange d'une rémunération (c'est-à-dire le travail de production pour compte propre, le travail bénévole et le travail non rémunéré des stagiaires) ont été reconnues comme d'autres formes de travail.

Les révisions des définitions introduites par la19ème CIST ont créé des ruptures de séries importantes pour de nombreux pays. Cela entrave l'analyse des tendances. Plus précisément, les normes révisées entraînent des ratios emploi/population plus faibles et des taux de sous-utilisation de la main-d'œuvre plus élevés. C'est particulièrement le cas pour les pays en développement où de nombreux travailleurs sont engagés dans des activités de production à usage personnel.

En outre, les pays mettent en œuvre les normes révisées à des moments différents. En d'autres termes, les définitions des indicateurs diffèrent d'un pays à l'autre en fonction des normes en vigueur pour une année donnée. Cela rend les comparaisons internationales problématiques si les données sont publiées sur la base d'un seul ensemble de normes. 

Qu'est-ce qui est disponible ?

Pour relever les défis posés par l'évolution des normes statistiques, l'OIT a séparé les bases de données sur ILOSTAT en fonction des concepts et des définitions. Une nouvelle base de données Statistiques du travail -19e CIST (WORK) fournit des données basées sur les normes statistiques révisées. Les indicateurs et les classifications sont semblables à ceux de la base de donnéesmain-d’œuvre Statistics (LFS), avec un contenu supplémentaire spécifique à la19e CIST. Par exemple, la nouvelle base de données comprend des indicateurs sur d'autres formes de travail, comme le travail de production à usage personnel et le travail bénévole. Labase de données WORK couvre actuellement 77 pays.

Parallèlement, l'EFT et les bases de données connexes utilisent des concepts et des définitions issus de normes statistiques antérieures (13th ICLS). Dans la mesure du possible, le BIT produit des données par pays selon les deux séries de normes et les publie sur ILOSTAT. Les utilisateurs doivent noter que les bases de données basées sur les 13th Les ICLS couvrent un plus grand nombre de pays, d'indicateurs et de ventilations puisque de nombreux pays doivent encore mettre en œuvre les normes révisées. 

Comment les données sont-elles produites ?

Le BIT produit des données pour le programme WORK et d'autres bases de données à partir d'enquêtes auprès des ménages par le biais du traitement des microdonnées. Le site Guide rapide du traitement des microdonnées d'ILOSTAT décrit les principaux principes et méthodes qui sous-tendent ce processus. Parmi les nombreux avantages, le traitement des microdonnées permet au BIT d'assurer un plus haut niveau de conformité avec les normes statistiques internationalement reconnues. Cela favorise l'harmonisation et la comparabilité des données entre les pays et dans le temps. 

Afin de fournir des bases de données basées sur différents ensembles de normes, le BIT crée, dans la mesure du possible, deux ensembles distincts de microdonnées avec des variables harmonisées du BIT pour chaque pays. La principale différence entre les ensembles de données pour un pays donné réside dans les critères opérationnels utilisés pour définir l'emploi. Cela affecte toutes les variables liées aux caractéristiques de l'emploi (par exemple, la profession et l'activité économique). Elle implique également des changements dans l'identification des chômeurs et des personnes en dehors du main-d’œuvre.

Le BIT ne peut produire les deux ensembles de données que si l'enquête nationale auprès des ménages comprend des questions permettant de saisir les producteurs de denrées alimentaires de subsistance. Pour suivre les définitions révisées, l'emploi doit exclure ce groupe, qui est un sous-ensemble de travailleurs produisant des biens pour leur propre usage final.

Remarques finales

Les statistiques du travail des pays qui n'utilisent pas le même ensemble de normes statistiques ne sont pas comparables. Ainsi, chaque base de données d'ILOSTAT ne contient que des séries comparables au sein d'un même pays et entre les pays, ce qui permet aux utilisateurs de données de continuer à effectuer des analyses de séries chronologiques et des comparaisons internationales significatives. Au fur et à mesure que les pays adoptent les normes révisées, le contenu d'ILOSTAT sera ajusté en conséquence. 

En savoir plus

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez le Guide rapide pour comprendre l'impact des nouvelles normes statistiques sur les bases de données d'ILOSTAT . Il explique les différences entre les13ème et19ème normes ICLS, l'impact des révisions sur les indicateurs principaux et la manière dont l'OIT traite ces questions dans ILOSTAT.

F.A.Q

La19e CIST a introduit de nombreux changements. En termes simples, le nouveau cadre :

  • introduit de nouvelles formes de travail,
  • restreint la définition de l'emploi, et
  • élargit l'ensemble des mesures de la sous-utilisation de la main-d'œuvre.

Pour plus de détails, voir la page d'ILOSTAT sur le cadre des formes de travail

Les normes adoptées en 1982 (13e CIST) ont joué un rôle important en permettant l'expansion de la disponibilité des statistiques du travail. Toutefois, des limites sont apparues au fil du temps, telles que l'absence de reconnaissance distincte des différents types de travail non rémunéré, l'application incohérente des concepts d'un pays à l'autre et une gamme insuffisante d'indicateurs pour décrire le marché du travail et son évolution. Les normes révisées visent à remédier à ces limites, tout en conservant et en complétant les indicateurs de base sur l'emploi et le chômage.

Entre autres objectifs, il s'agit de combler les lacunes importantes en matière de données sur le genre (voir par exemple ce rapport de Data2x), comme le manque d'informations sur le travail non rémunéré, principalement effectué par les femmes.

La comparaison des résultats basés sur les deux ensembles de normes montre qu'il peut y avoir des différences substantielles pour les indicateurs principaux. La principale différence introduite par les normes de la 19e CIST est que la production de biens à usage propre n'est plus considérée comme un emploi. Ainsi, les niveaux d'emploi et les ratios emploi/population seront plus faibles dans les pays où ces activités sont courantes. C'est particulièrement le cas dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Parallèlement, les taux de sous-utilisation de la main-d'œuvre, y compris les taux de chômage, seront plus élevés. Pour plus de détails, se référer au guide rapide sur ILOSTAT et la 19ème CIST.

Les données basées sur les nouveaux concepts et définitions améliorent considérablement notre compréhension des contributions des femmes et des hommes à leur ménage, à leur communauté et à l'économie par le biais du travail rémunéré et non rémunéré. Pour en savoir plus, consultez la section " Le genre et la19e CIST" sur la page thématique d'ILOSTAT consacrée aux femmes.

Cela dépend de vos besoins en matière de données. Si la couverture du pays est la plus importante, vous utiliserez probablement une base de données basée sur la13ème ICLS. N'oubliez pas de ne pas mélanger les indicateurs entre les bases de données, car ils ne sont pas comparables.

Il y a actuellement 77 pays avec des indicateurs basés sur la19ème CIST. Ce nombre devrait augmenter au fur et à mesure que d'autres pays adopteront les normes statistiques révisées.

L'OIT travaille en étroite collaboration avec les bureaux nationaux de statistique, notamment par l'intermédiaire de ses bureaux régionaux, afin de s'assurer qu'ils sont au courant des dernières normes statistiques et qu'ils prévoient de les appliquer à un moment ou à un autre. Toutefois, la mise en œuvre des normes statistiques peut exiger beaucoup de temps et de ressources (c'est-à-dire être coûteuse). Il n'est pas rare que les pays prennent une décennie ou plus pour mettre en œuvre les normes les plus récentes.

Postes connexes

Auteur

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :