Description de l'indicateur : Rapport emploi/population

Introduction

Le ratio emploi/population est défini comme la proportion de la population en âge de travailler d'un pays qui a un emploi. Un ratio élevé signifie qu'une grande partie de la population d'un pays a un emploi, tandis qu'un ratio faible signifie qu'une grande partie de la population ne participe pas directement à des activités liées au marché, parce qu'elle est soit au chômage, soit (plus probablement) hors du main-d’œuvre marché.

ILOSTAT contient des statistiques provenant de sources nationales sur les ratios emploi/population par sexe et âge, et par zones rurales/urbaines. ILOSTAT comprend également des estimations BIT modélisées des ratios emploi/population par sexe et par âge, qui contiennent à la fois des données déclarées et imputées au niveau national, et où toutes les estimations sont nationales, ce qui signifie qu'il n'y a pas de limites géographiques à la couverture. De plus amples informations sur la méthodologie utilisée pour produire BIT des estimations modélisées sont fournies ici.

Concepts et définitions

Le ratio emploi/population est la proportion de la population en âge de travailler d'un pays qui a un emploi. L'emploi comprend toutes les personnes en âge de travailler qui, pendant une brève période déterminée, par exemple une semaine ou un jour, ont appartenu aux catégories suivantes : a) emploi rémunéré (qu'il soit au travail ou avec un emploi mais pas au travail) ; ou b) travail indépendant (qu'il soit au travail ou avec une entreprise mais pas au travail).1Résolution concernant les statistiques du travail, de l'emploi et de la sous-utilisation de la main-d'œuvre, adoptée par la 19e Conférence internationale des statisticiens du travail, Genève, 2013

La population en âge de travailler est la population ayant dépassé l'âge légal de travailler, mais à des fins statistiques, elle comprend toutes les personnes ayant dépassé un seuil d'âge minimum spécifié pour lesquelles une enquête sur l'activité économique est effectuée. Pour favoriser la comparabilité internationale, la population en âge de travailler est souvent définie comme l'ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus, mais cela peut varier d'un pays à l'autre en fonction des lois et pratiques nationales. Pour de nombreux pays, cet âge correspond directement aux normes sociétales en matière d'éducation et d'éligibilité au travail. Toutefois, dans certains pays, notamment les pays en développement, il est souvent approprié d'inclure les jeunes travailleurs car l'"âge de travailler" peut commencer plus tôt, et c'est souvent le cas. Dans ces circonstances, certains pays utilisent une limite officielle inférieure et incluent les jeunes travailleurs dans leurs mesures. De même, certains pays ont une limite supérieure pour l'éligibilité, comme 65 ou 70 ans, bien que cette exigence soit assez rarement imposée.

La base de population pour les ratios emploi/population peut varier d'un pays à l'autre pour des questions autres que les différences de limites d'âge. Dans la plupart des cas, on utilise la population résidente non institutionnelle en âge de travailler vivant dans des ménages privés, à l'exclusion des membres des forces armées et des personnes résidant dans des institutions psychiatriques, pénales ou autres. Toutefois, de nombreux pays incluent les forces armées dans la base de population pour leurs ratios emploi/population, même lorsqu'ils ne les incluent pas dans les chiffres de l'emploi. En général, les informations relatives à cet indicateur proviennent d'enquêtes auprès des ménages, principalement main-d’œuvre des enquêtes. Certains pays, cependant, utilisent des "estimations officielles" ou des recensements de la population comme source de leurs chiffres sur l'emploi.

Dans les cas où les experts deBIT  traitent les microdonnées des enquêtes sur les ménages afin de produire les indicateurs publiés sur ILOSTAT, les normes statistiques internationales sont strictement appliquées pour garantir la comparabilité entre les pays. Ainsi, les données d'ILOSTAT peuvent différer de ce qui est rapporté au niveau national. L'ampleur des différences dépend de la mesure dans laquelle un pays applique les normes statistiques internationales. 

Méthode de calcul

Le ratio emploi/population est calculé comme suit :

EPR(%) = Personnes occupées x 100
Population en âge de travailler

Sources recommandées

main-d’œuvre Les enquêtes sont la source d'information privilégiée pour déterminer le ratio emploi/population. Ces enquêtes peuvent être conçues pour couvrir la quasi-totalité de la population non institutionnelle d'un pays donné, toutes les branches de l'activité économique, tous les secteurs de l'économie et toutes les catégories de travailleurs, y compris les indépendants, les travailleurs familiaux contribuant à l'économie, les travailleurs occasionnels et les titulaires de plusieurs emplois. En outre, ces enquêtes permettent généralement de mesurer simultanément, dans un cadre cohérent, les personnes ayant un emploi, les chômeurs et les personnes extérieures à la population main-d’œuvre (et donc la population en âge de travailler).

D'autres types d'enquêtes sur les ménages et de recensements de la population peuvent également être utilisés comme sources de données pour calculer les ratios emploi/population. Les informations obtenues à partir de ces sources peuvent toutefois être moins fiables, car elles ne permettent généralement pas de sonder en détail les activités des personnes interrogées sur le marché du travail.

Interprétation et utilisation de l'indicateur

Le ratio emploi/population fournit des informations sur la capacité d'une économie à créer des emplois ; pour de nombreux pays, cet indicateur est souvent plus révélateur que le taux de chômage. Bien qu'un ratio global élevé soit généralement considéré comme positif, cet indicateur ne suffit pas à lui seul pour évaluer le niveau de travail décent ou les déficits de travail décent.2Depuis la publication du site BIT : Travail décent, Rapport du Directeur général, Conférence internationale du Travail, 87e session, 1999 (Genève, 1999), l'objectif du "travail décent" en est venu à représenter le mandat central du site BIT , qui rassemble les normes et principes fondamentaux et les droits au travail, l'emploi, la protection sociale et le dialogue social dans la formulation de politiques et de programmes visant à "assurer un travail décent aux femmes et aux hommes partout dans le monde". Pour plus d'informations, voir ici. Des indicateurs supplémentaires sont nécessaires pour évaluer des questions telles que les revenus, les heures de travail, l'emploi dans le secteur informel, le sous-emploi et les conditions de travail. En fait, le ratio pourrait être élevé pour des raisons qui ne sont pas nécessairement positives - par exemple, lorsque les options d'éducation sont limitées, les jeunes ont tendance à accepter tout travail disponible plutôt que de rester à l'école pour construire leur capital humain. Pour ces raisons, il est fortement conseillé d'examiner les indicateurs de manière collective dans toute évaluation des politiques du marché du travail propres à un pays.

L'idée que l'emploi - et plus précisément l'accès à un travail décent - est essentiel à la réduction de la pauvreté a été fermement reconnue dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) avec l'adoption d'une cible basée sur l'emploi dans le cadre de l'objectif visant à réduire de moitié la part de la population mondiale vivant dans l'extrême pauvreté. Le ratio emploi/population a été adopté comme l'un des quatre indicateurs permettant de mesurer les progrès accomplis dans la réalisation de la cible 1b, à savoir "atteindre le plein emploi productif et un travail décent pour tous, y compris les femmes et les jeunes".3Le premier objectif du Millénaire pour le développement comprenait trois cibles et neuf indicateurs, voir la liste officielle ici. Lesautres indicateurs de la cible relative au travail décent étaient le taux de croissance du PIB par personne occupée (c'est-à-dire la croissance de la productivité du travail), le taux de pauvreté des travailleurs et le taux d'emploi des personnes vulnérables. Après la fin des OMD en 2015, le rôle crucial du travail décent dans la réduction de la pauvreté a été renforcé dans les objectifs développement durable  (SDG). En effet, le huitième ODD constitue l'objectif de " promouvoir une croissance économique inclusive et durable, l'emploi et un travail décent pour tous ".4La liste officielle des objectifs développement durable  et de leurs cibles correspondantes (y compris pour le huitième objectif) peut être consultée ici.

Les ratios emploi/population deviennent de plus en plus courants comme base de comparaison des marchés du travail entre pays ou groupes de pays. Les chiffres de l'emploi seuls sont inadéquats à des fins de comparaison, sauf s'ils sont exprimés en pourcentage de la population qui pourrait travailler. On pourrait supposer qu'un pays employant 30 millions de personnes est mieux loti qu'un pays employant 3 millions de personnes, alors que l'ajout de la composante de la population en âge de travailler donnerait une autre image ; s'il y a 3 millions de personnes employées dans le pays A sur un total possible de 5 millions de personnes (ratio emploi/population de 60 %) et 30 millions de personnes employées dans le pays B sur un total possible de 70 millions (ratio emploi/population de 43 %), alors la capacité de création d'emplois du pays A est supérieure à celle du pays B. L'utilisation d'un ratio permet de déterminer quelle proportion de la population d'un pays - ou d'un groupe de pays - contribue à la production de biens et de services.

Les ratios emploi/population sont particulièrement intéressants lorsqu'ils sont ventilés par sexe, car les ratios hommes/femmes peuvent fournir des informations sur les différences entre les sexes sur les marchés du travail. Toutefois, il convient également de souligner que cet indicateur présente un biais sexiste dans la mesure où il existe une tendance à sous-estimer les femmes qui ne considèrent pas leur travail comme un "emploi" ou qui ne sont pas perçues par les autres comme "travaillant". Les femmes sont souvent les premières à s'occuper des enfants et à assumer diverses tâches à la maison, ce qui peut leur interdire de chercher un emploi rémunéré, en particulier si elles ne sont pas soutenues par des attitudes socioculturelles et/ou des politiques et programmes favorables à la famille qui leur permettent de concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales.

Limitations

La comparabilité des ratios emploi/population entre les pays est surtout affectée par les variations dans les définitions utilisées pour les chiffres de l'emploi et de la population. Les différences résultent de la couverture d'âge, comme les limites inférieure et supérieure de l'main-d’œuvre activité. Les estimations de l'emploi et de la population sont également susceptibles de varier selon que les membres des forces armées sont inclus ou non.

Un autre domaine susceptible de donner lieu à des différences de mesure concerne le traitement national de groupes particuliers de travailleurs. La définition internationale de l'emploi prévoit l'inclusion de toutes les personnes qui ont travaillé pendant au moins une heure au cours de la période de référence.5L'application de la limite d'une heure pour la classification de l'emploi dans le cadre international main-d’œuvre  n'est pas sans détracteurs. Le principal argument est que le fait de classer comme employées des personnes qui n'exercent une activité économique que pendant une heure par semaine, aux côtés de personnes travaillant 50 heures par semaine, conduit à une surestimation grossière de l'utilisation de la main-d'œuvre. Les lecteurs qui souhaitent en savoir plus sur la mesure de la sous-utilisation de la main-d'œuvre peuvent consulter le site BIT : "Beyond unemployment :Measurement of other forms of labour underutilization ", Room Document 13, 18e Conférence internationale des statisticiens du travail, Groupe de travail sur la sous-utilisation de la main-d'œuvre, Genève, 24 novembre - 5 décembre 2008 Les travailleurs peuvent être salariés ou indépendants, y compris dans des formes de travail moins évidentes, dont certaines sont traitées en détail dans la résolution adoptée par la 19e CIST, comme le travail familial non rémunéré, l'apprentissage ou la production non marchande. La majorité des exceptions à la couverture de toutes les personnes employées dans une enquête main-d’œuvre  sont liées aux variations nationales de la recommandation internationale applicable aux autres statuts d'emploi. Par exemple, certains pays ne mesurent que les personnes employées dans le cadre d'un emploi rémunéré et d'autres mesurent "toutes les personnes engagées", c'est-à-dire les employés rémunérés et les propriétaires actifs qui reçoivent une rémunération basée sur des parts sociales. D'autres variations possibles des normes relatives à la mesure de l'emploi total comprennent les limites d'heures (au-delà d'une heure) imposées aux membres de la famille qui contribuent à l'emploi.6Ces exceptions sont notées dans les notes de bas de page et/ou les champs de métadonnées des tableaux de données d'ILOSTAT. Le nombre d'heures minimum plus élevé utilisé pour les travailleurs familiaux contribuants est conforme à une norme internationale plus ancienne adoptée par la Conférence internationale des statisticiens du travail en 1954. Selon la CIST de 1954, les travailleurs familiaux contribuants devaient avoir travaillé au moins un tiers des heures normales de travail pour être classés comme employés. Ce traitement spécial a été abandonné lors de la CIST de 1982.

Les comparaisons peuvent également être problématiques lorsque la fréquence de collecte des données varie. La période de collecte des informations peut aller d'un mois à douze mois par an. Étant donné que les variations saisonnières de toutes sortes sont sans aucun doute présentes dans tous les pays, les ratios emploi/population peuvent varier pour cette seule raison. On peut s'attendre à ce que les pays dont les ratios emploi/population sont basés sur des périodes d'enquête inférieures à l'année entière aient des ratios qui ne sont pas directement comparables à ceux des collectes effectuées mois par mois sur une année entière. Par exemple, une moyenne annuelle basée sur 12 mois d'observations, toutes choses égales par ailleurs, est susceptible d'être différente d'une moyenne annuelle basée sur quatre observations (trimestrielles).

Table des matières

Normes statistiques
Publication vedette

Emploi et perspectives sociales dans le monde - Tendances 2022

Le rapport " World Employment and Social Outlook - Trends 2022 " ( BIT ) met en garde contre une reprise lente et incertaine, car la pandémie continue d'avoir un impact important sur les marchés du travail mondiaux.


Voir aussi