Marcel Crozet/ OIT
Marcel Crozet/ OIT

Statistiques sur le marché du travail des jeunes (YouthSTATS)

Table des matières

Introduction

La base de données ILOSTAT sur les statistiques du marché du travail des jeunes est un ensemble d'indicateurs décrivant la situation des jeunes âgés de 15 à 29 ans sur le marché du travail. Elle comprend des indicateurs sur le site main-d’œuvre, l'emploi, le chômage, les transitions entre l'école et le travail, le temps de travail et les revenus.

Concepts et définitions

Alors que dans d'autres contextes, les Nations Unies définissent les jeunes comme des personnes âgées de 15 à 24 ans, dans le cadre de cette base de données, qui inclut le cadre de la transition école-travail, les jeunes font référence à tous les individus âgés de 15 à 29 ans. Cela permet de reconnaître le fait que certains jeunes restent plus longtemps dans le système éducatif et de saisir davantage d'informations sur les expériences d'emploi des jeunes après l'obtention de leur diplôme. 

Les concepts et définitions de main-d’œuvre , tels que l'emploi et le chômage, sont disponibles dans la description de la base de donnéesmain-d’œuvre Statistics (LFS).

Les indicateurs de transition école-travail ont été conçus pour donner une classification plus détaillée du parcours de transition des jeunes sur le marché du travail. Le premier indicateur classe les jeunes en trois groupes en fonction de leur stade dans la transition école-travail : (I) en transition, (II) en transition et (III) transition non encore commencée (voir l'encadré suivant).

Étapes et formes de la transition de l'école au travail

 

I. Transité - Un jeune (âgé de 15 à 29 ans) qui n'est pas scolarisé et qui occupe actuellement un emploi dans :

a. Un emploi stable, ou

b. Travail indépendant satisfaisant ou emploi temporaire satisfaisant

II. En transition - Un jeune (âgé de 15 à 29 ans) qui est :

c. En cours de scolarité et actuellement employé ou au chômage (sur le site main-d’œuvre)

d. Non scolarisé et sans emploi

e. Non scolarisé et occupant actuellement un emploi temporaire et insatisfaisant

f. Non scolarisé et sans emploi mais visant à être employé plus tard

III. Transition non encore commencée - Un jeune (âgé de 15 à 29 ans) qui est :

g. Toujours à l'école et en dehors de la main-d’œuvre

h. Non scolarisé, en dehors du site main-d’œuvre et sans intention de chercher un emploi

En établissant qu'une personne n'a pas "transité" tant qu'elle n'est pas installée dans un emploi qui répond à des critères très basiques de stabilité ou de satisfaction, le cadre analytique de l'école au travail introduit un nouvel élément qualitatif à la définition standard de la transition sur le marché du travail. Cette définition reconnaît l'état transitoire des étudiants actuels et la subjectivité de la satisfaction professionnelle. La transition n'est donc considérée comme achevée que lorsqu'un jeune a obtenu un emploi stable basé sur un contrat écrit d'une durée supérieure à 12 mois ou a obtenu un emploi temporaire jugé satisfaisant sur la base de la volonté du jeune répondant d'y rester. Les jeunes classés comme " en transition " sont ceux qui ont commencé le processus de transition mais qui ne l'ont pas encore terminé. Enfin, les jeunes restants sont ceux qui n'ont pas encore commencé leur transition. 

Il est important de noter que les étapes de la transition diffèrent du cadre standard du statut main-d’œuvre . Alors que les personnes classées comme ayant transité sont toutes employées, celles classées comme étant en transition peuvent être employées, au chômage ou en dehors du site main-d’œuvre, et celles pour lesquelles la transition n'a pas encore commencé sont nécessairement classées en dehors du site . transition n'a pas encore commencé sont nécessairement classées en dehors du site main-d’œuvre.

L'autre indicateur se concentre sur les étapes de la transition, qui peuvent être décomposées davantage pour mieux comprendre les transitions des jeunes. La population en transition est subdivisée en fonction de deux types de transition :

(a) le jeune a transité dans un emploi stable ; et

(b) le jeune a transité dans une activité indépendante satisfaisante ou un emploi temporaire satisfaisant.

Une décomposition similaire est effectuée pour les jeunes en transition. Ils sont ensuite classés en quatre catégories : les jeunes en transition qui sont

(c) en cours de scolarité et se trouvant actuellement sur le site main-d’œuvre (employé ou non employé mais disponible et à la recherche d'un emploi) ;

(d) non scolarisé et sans emploi (qui cherche et est disponible pour un emploi) ;

(e) non scolarisé et occupant actuellement un emploi temporaire et insatisfaisant ; et

(f) qui ne sont pas scolarisés mais qui ont l'intention de travailler à l'avenir.

Enfin, la population des jeunes qui n'ont pas encore commencé la transition est classée en fonction de ceux qui

(g) sont encore aux études et en dehors du site main-d’œuvre (sans emploi et non disponibles et/ou à la recherche d'un emploi) ; et ceux qui sont

(h) non scolarisé, en dehors du site main-d’œuvre et sans intention de chercher un emploi.

Sources de données

La principale source de données pour les statistiques main-d’œuvre est une enquête main-d’œuvre ou une autre enquête auprès des ménages. Ces types d'enquêtes peuvent être conçus pour couvrir la quasi-totalité de la population non institutionnelle d'un pays donné, toutes les branches d'activité économique, tous les secteurs de l'économie et toutes les catégories de travailleurs, y compris les indépendants, les travailleurs familiaux collaborant, les travailleurs occasionnels et les pluriactifs. En outre, ces enquêtes offrent généralement la possibilité de mesurer simultanément les personnes ayant un emploi, les chômeurs et les personnes extérieures à main-d’œuvre dans un cadre cohérent.

Les enquêtes sur la transition entre l'école et le travail (SWTS) constituent également une source importante pour collecter ces données. L'enquête SWTS est un instrument unique d'enquête sur les ménages qui génère des informations pertinentes sur le marché du travail pour les jeunes âgés de 15 à 29 ans, y compris des informations longitudinales sur les transitions au sein du marché du travail. L'enquête SWTS est donc un outil unique pour mettre en évidence les voies de plus en plus hésitantes et indirectes vers un emploi décent et productif auxquelles sont confrontés les jeunes hommes et femmes d'aujourd'hui. Depuis 2009 et la conception du premier guide méthodologique, 56 enquêtes sur la transition école-travail ont été réalisées dans 36 pays en développement.1La Fondation Mastercard a été un partenaire stratégique important de l'OIT et la Fondation a concentré son soutien sur l'emploi des jeunes par le biais du programme Work4Youth. Elle a joué un rôle essentiel dans l'amélioration des statistiques mondiales du travail relatives aux jeunes sur le marché du travail et dans la création de la base de données Youthstats. 

Enfin, les recensements de population constituent une autre source importante de données sur le site main-d’œuvre et ses composantes. 

Interprétation et utilisations

Les indicateurs de transition école-travail mettent en évidence la situation difficile des jeunes dans leur transition vers un emploi stable et montrent l'importance de développer des réponses politiques solides et fondées sur des preuves pour améliorer l'accès des jeunes au marché du travail. Avec les autres indicateurs YouthSTATS publiés sur ILOSTAT, les indicateurs de transition école-travail visent à aider les gouvernements et les partenaires sociaux à concevoir et à mettre en œuvre des politiques efficaces en matière d'emploi des jeunes. Celles-ci comprennent, entre autres, l'investissement dans des politiques axées sur la demande pour augmenter le nombre d'opportunités de travail décent disponibles pour les jeunes, soutenues par des interventions axées sur l'offre pour donner aux jeunes les compétences nécessaires pour profiter pleinement des nouvelles opportunités sur le marché du travail.

Les données sur la transition entre l'école et le travail montrent une grande variation entre les pays, notamment en fonction de leur niveau de développement. Alors que dans les pays à revenu élevé, la première transition a plus de chances de se faire vers un emploi salarié stable et que les jeunes les plus instruits ont plus de chances de réussir leur transition, dans les pays à faible revenu, les jeunes qui sont passés à l'emploi sont souvent peu instruits ou sont passés directement de l'école à un emploi irrégulier, souvent indépendant. Il existe également de grandes disparités entre les jeunes hommes et les jeunes femmes, ces dernières étant confrontées à des obstacles beaucoup plus importants pour réussir leur transition vers un emploi stable, et étant beaucoup plus susceptibles de rester bloquées dans la transition ou en dehors de tout processus de transition.

Limites

Il est important de noter que les indicateurs de transition école-travail ne sont pas destinés à constituer un cadre normatif. On ne peut pas dire que tous les jeunes de la catégorie "transition" ont transité vers un emploi décent. En fait, dans certains pays, de nombreux jeunes exerçant une activité indépendante, ce qui inclut les travailleurs à leur propre compte et les travailleurs familiaux contribuant à l'entreprise, font partie des plus bas salaires. Pourtant, ils ont exprimé un certain degré de satisfaction à l'égard de leur emploi et sont donc susceptibles d'avoir terminé leur transition sur cette base. En principe, le fait d'avoir effectué une transition devrait indiquer un marché du travail efficace, capable d'absorber les jeunes ayant quitté l'école. Toutefois, les jeunes qui ont achevé leur transition sur le marché du travail peuvent aussi être les plus défavorisés, car ils n'ont peut-être pas poursuivi d'études supérieures ou sont passés directement de l'école à un emploi irrégulier qui pourrait durer toute une vie. 

Langue :

Nouveau sur ce site ?