La principale source de statistiques du travail

Menu Fermer

Où travaillent les femmes : professions et secteurs à prédominance féminine

Bien que les femmes franchissent des barrières dans les professions scientifiques, technologiques, d'ingénierie et mathématiques (STEM) et que certaines surmontent des obstacles dans des rôles de direction, la transformation du paysage du genre sur le lieu de travail reste quelque peu limitée. Découvrez les dernières informations de la nouvelle base de données du BIT Profils des travailleurs et des secteurs.

Le mois dernier a été marqué par une avancée significative vers l'égalité des sexes. Le prix Nobel de sciences économiques, un domaine tristement masculin, a été décerné à la professeure Claudia Goldin. Il ne s'agit pas seulement d'un clin d'œil à la contribution des femmes dans ce domaine, mais aussi d'une reconnaissance de l'importance de ses recherches qui ont "fait progresser notre compréhension des résultats des femmes sur le marché du travail". Si ses recherches permettent de mieux comprendre le rôle des femmes et les causes sous-jacentes des inégalités entre les sexes sur le marché du travail américain, il est important de reconnaître que des récits différents peuvent émerger dans un contexte international, sous l'influence de divers facteurs sociaux et culturels.

Ce blog présente les tendances mondiales actuelles de l'emploi des femmes à travers les professions et les secteurs, mettant en évidence la persistance d'une ségrégation horizontale et verticale fondée sur le genre. Les données sous-jacentes proviennent de la collection de microdonnées harmonisées de l'OIT et sont désormais disponibles dans la base de données Profils des travailleurs et des secteurs (voir l'encadré pour plus de détails).

Déséquilibres entre les hommes et les femmes dans les professions et les secteurs

Sans surprise, les femmes continuent d'occuper des rôles traditionnellement féminins sur le lieu de travail dans de nombreux secteurs et professions. Par exemple, les professions liées aux soins infirmiers et à la garde d'enfants affichent une proportion exceptionnellement élevée de femmes, avec des chiffres atteignant plus de 90 %. Les postes dans l'enseignement et l'éducation bénéficient également d'une présence féminine significative, en particulier dans l'enseignement primaire et la petite enfance. De même, les professions élémentaires liées à la cuisine et au nettoyage comptent une forte proportion de femmes, tout comme les emplois de bureau et de bibliothécaire.

À l'inverse, certaines professions à haut risque, comme la conduite de locomotives, l'exploitation de machines lourdes et le personnel de pont des navires, sont dépourvues de toute représentation féminine. Il en va de même pour de nombreux autres opérateurs d'installations et de machines, ainsi que pour les ouvriers et les manœuvres. Par ailleurs, les professions les plus équilibrées sur le plan de la représentation des sexes sont souvent celles des vendeurs et des professionnels des affaires et de l'administration. 

Il n'y a pas de surprise non plus en ce qui concerne les secteurs où les femmes sont majoritaires. En plus de dominer les activités économiques dans les services sociaux et de santé, les femmes sont également surreprésentées dans certaines industries manufacturières, telles que celles liées à l'habillement. En revanche, les industries telles que les mines, les carrières et les activités centrées sur la construction continuent d'être dominées par les hommes. Les secteurs du commerce de détail, en revanche, présentent une répartition plus équilibrée entre les hommes et les femmes.

L'empreinte féminine du travail de soins

Un grand nombre de professions et de secteurs où les femmes sont majoritaires sont liés aux soins. Cette prédominance féminine est la plus prononcée dans les professions de soins de base, telles que la garde d'enfants, les soins infirmiers et la profession de sage-femme, ainsi que dans les secteurs liés aux soins résidentiels (par exemple, les activités dans les maisons de retraite) et aux ménages privés (où sont employés les travailleurs domestiques). Les femmes représentent 67 % de la main-d'œuvre mondiale du secteur des soins, selon l'estimation mondiale la plus récente basée sur les données disponibles. La proportion de femmes la plus importante est celle des travailleurs domestiques employés directement par les ménages. Dans des pays comme les Seychelles, le Belarus, la Slovaquie et la Géorgie, au moins quatre personnes sur cinq employées dans le secteur des soins sont des femmes. Il est intéressant de noter que les professions de soins en dehors du secteur des soins (c'est-à-dire le personnel de soins personnels dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration) ainsi que les professions non liées aux soins dans le secteur des soins (c'est-à-dire le personnel administratif dans les maisons de soins, les hôpitaux ou les cliniques) semblent avoir une répartition plus équilibrée entre les hommes et les femmes. 

La nature obstinément sexuée du travail de soins a eu de graves répercussions sur la situation des femmes sur le marché du travail, sur leur indépendance économique et, plus généralement, sur l'égalité entre les hommes et les femmes. La demande mondiale de soins augmentant en raison de facteurs tels que l'évolution des structures familiales, le vieillissement de la population et le changement climatique, il est urgent de mettre en place des politiques de soins adéquates et sexospécifiques pour répondre à la demande croissante de soins et atténuer les contraintes qui pèsent sur la participation des femmes ( la main-d’œuvre ) et leur représentation égale dans la société et dans la prise de décision. L'absence de réponse à ces besoins en constante évolution pourrait accentuer les inégalités entre les sexes au sein de la main-d'œuvre et faire peser un fardeau supplémentaire sur le personnel soignant déjà mis à rude épreuve, en particulier au lendemain de la pandémie de COVID-19. Le mois dernier a également marqué la première célébration de la Journée internationale des soins et de l'accompagnement des Nations unies, qui souligne l'importance d'investir dans les soins pour parvenir à l'égalité des sexes et à la justice sociale.

Dépasser les frontières pour les femmes dans les STIM

La main-d'œuvre dans le domaine des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM) a longtemps été dominée par les hommes, mais il semble que cette situation soit en train de changer. Selon l'estimation mondiale la plus récente basée sur les données disponibles, deux travailleurs des STIM sur cinq sont aujourd'hui des femmes. Certains pays, dont la Mongolie, le Belarus et le Lesotho, sont aujourd'hui à la pointe de la représentation féminine dans ces professions, les femmes représentant plus de la moitié des emplois dans le domaine des STIM. En revanche, des pays comme le Pakistan, les Émirats arabes unis, le Burkina Faso et l'Iraq ont encore un long chemin à parcourir, les femmes représentant moins d'un quart de leur main-d'œuvre dans le domaine des STIM.

L'inclusion des femmes dans les professions des STIM est essentielle pour favoriser la diversité des perspectives sur des lieux de travail bien équilibrés, rectifier les inégalités historiques entre les sexes, stimuler la croissance économique par l'innovation, inspirer les générations futures, aborder des questions mondiales complexes et défendre l'inclusion et l'équité. Ainsi, malgré quelques améliorations, les femmes restent largement sous-représentées dans un certain nombre de professions des STIM, en particulier celles liées à la technologie et à l'ingénierie. Par exemple, les femmes ne représentent qu'environ 10 % des ingénieurs civils et des développeurs de logiciels. En fait, le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) compte toujours moins d'un quart de femmes et l'écart salarial entre les hommes et les femmes est souvent élevé dans ce secteur.

La lente ascension des femmes aux postes d'encadrement

Si les femmes ont fait quelques progrès dans l'emploi dans les STIM, il reste des défis à relever pour leur progression de carrière. Seulement 36 % des postes d'encadrement supérieur et intermédiaire sont occupés par des femmes. En outre, les femmes occupent principalement des postes de direction dans des domaines traditionnellement considérés comme féminins. Par exemple, 89 % des directeurs de services de garde d'enfants et 78 % des directeurs de services de soins aux personnes âgées sont des femmes. À l'inverse, à peine 1 % des directeurs d'entreprises minières sont des femmes, ce qui n'est pas surprenant étant donné que le secteur minier est dominé par les hommes. En revanche, la représentation des hommes et des femmes est plus équilibrée dans les secteurs des relations publiques, des ressources humaines, de la finance et des services aux entreprises, où les femmes occupent près de la moitié des postes de direction. Il est à noter que seul un cinquième environ des directeurs généraux et des chefs d'entreprise sont des femmes. Ces résultats reflètent non seulement un écart en termes de nombre, mais aussi, et surtout, en termes d'opportunités, d'autonomisation et de perceptions.

Le potentiel du tourisme pour l'autonomisation des femmes dans les économies locales

Le tourisme est un secteur dynamique qui regorge d'opportunités pour les femmes et les jeunes. Bien qu'il soit reconnu pour sa nature à forte intensité de main-d'œuvre, le tourisme est devenu une lueur d'espoir pour les femmes - dont beaucoup se lancent dans l'entrepreneuriat - aux quatre coins du monde. En outre, il sert de catalyseur à la diversification économique, en particulier dans les zones rurales isolées et les régions reculées. Le secteur de l'alimentation et des boissons ainsi que le secteur de l'hébergement sont notamment les plus importants en termes d'emploi féminin. Cependant, les emplois dans ces secteurs s'accompagnent souvent de leur propre lot de défis. Ils se caractérisent principalement par l'emploi indépendant, des entreprises plus petites, des taux d'informalité plus élevés et des salaires et une productivité généralement plus faibles. 

Conclusion

L'étude de la dynamique mondiale des genres sur le marché du travail révèle à la fois des progrès et des défis. Le prix Nobel décerné au professeur Claudia Goldin a souligné l'importance du rôle des femmes sur les marchés du travail. Notre étude des tendances professionnelles et sectorielles montre clairement qu'il existe des domaines où les femmes sont en tête, d'autres où elles commencent tout juste à s'imposer et d'autres encore où elles sont largement absentes. Il est remarquable que les points de vue et les modèles traditionnels persistent, avec peu de signes de changement, que ce soit dans les professions des STIM ou dans les postes de direction. Alors que nous naviguons vers un avenir plus équitable, il est essentiel de maintenir le dialogue, de remettre en question les normes et, surtout, de célébrer chaque avancée vers la parité hommes-femmes. Chaque chiffre, chaque statistique et chaque histoire a le potentiel d'inspirer le changement et de poser de nouveaux jalons dans notre quête collective de l'égalité.

Annonce de la base de données des profils de travailleurs et de secteurs

L'analyse présentée dans ce blog est basée sur les données désormais disponibles dans la base de données Profils des travailleurs et des secteurs (PROFILES). La base de données se concentre sur des groupes de travailleurs pour lesquels il existe un grand intérêt mais pas de définitions statistiques internationalement reconnues. Les groupes de travailleurs sélectionnés sont définis à l'aide de la Classification internationale type, par industrie, de toutes les branches d'activité économique (CITI) et/ou de la Classification internationale type des professions (CIT P) et les estimations sont produites à partir d'enquêtes auprès des ménages dans la Collection harmonisée de microdonnées de l'OIT.

La base de données PROFILES couvre actuellement les groupes de travailleurs suivants :

  • Personnel soignant rémunéré
  • Travailleurs dans les professions STIM
  • Travailleurs du secteur public
  • Travailleurs du secteur du tourisme

Les séries de données couvrent un large éventail de sujets, notamment l'emploi, l'informalité, le temps de travail et les revenus. La couverture des pays et la longueur des séries chronologiques varient en fonction de la disponibilité des microdonnées des enquêtes auprès des ménages et du fait que les variables relatives à la profession et/ou à l'activité économique sont disponibles et suffisamment détaillées pour permettre d'obtenir des estimations sur la base de la définition choisie. 

Pour plus d'informations sur les concepts et les définitions, voir la description de la base de données PROFILES.

Auteurs

  • Donika Limani

    Donika travaille comme statisticienne à l'unité de production et d'analyse des données du département des statistiques de l'OIT. Économiste de formation, ses recherches portent sur l'économie du travail, les migrations et le travail des enfants.

    Voir tous les messages
  • Marie-Claire Sodergren

    Marie-Claire est économiste senior au sein de l'unité de production et d'analyse des données du département des statistiques de l'OIT.

    Voir tous les messages

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Défiler vers le haut
Skip to content