La principale source de statistiques du travail

Menu Fermer

Comment les femmes sont laissées pour compte dans la quête d'un travail décent pour tous

Les objectifs des Nations unies ( développement durable ) définissent une vision commune pour mettre fin à la pauvreté, combattre les inégalités et l'injustice et s'attaquer au changement climatique d'ici 2030. La pandémie va-t-elle inverser les progrès accomplis en matière de promotion du travail décent pour tous, comme le prescrit l'objectif 8 ? Cela semble probable, du moins pour les femmes.

Même avant le début de la pandémie, l'égalité des sexes sur le lieu de travail n'était pas encore acquise. Aujourd'hui, les femmes sont en première ligne de la crise du COVID-19, puisqu'elles constituent la majeure partie des travailleurs essentiels, dont 70 % du personnel de santé. Pourtant, partout dans le monde, dans toutes les régions et dans toutes les catégories de revenus, la pandémie a frappé le plus durement les opportunités des femmes sur le marché du travail. Cela risque d'annuler une partie des progrès réalisés dans le cadre de l'objectif 8, qui vise à "promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous". Bien que nous ne disposions pas encore de suffisamment de données mondiales pour comprendre l'impact complet de la pandémie sur les marchés du travail, voici un aperçu de ce que nous savons.

Des pertes d'emploi plus importantes pour les femmes que pour les hommes, beaucoup d'entre elles quittant complètement le site la main-d’œuvre .

Les perturbations du marché du travail en 2020 ont largement dépassé l'impact de la crise financière mondiale de 2009. Les pertes d'emploi étaient non seulement sans précédent, mais aussi plus importantes pour les femmes (5,0 %) que pour les hommes (3,9 %).

En outre, comme les fermetures d'écoles dues aux lockdowns nécessitaient une surveillance accrue des enfants à la maison, les femmes étaient beaucoup plus susceptibles d'abandonner le site la main-d’œuvre que les hommes afin d'assurer cette surveillance. Cela ne fait qu'accentuer les écarts de longue date entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les taux de participation à la main-d’œuvre . En 2019, avant même le début de la pandémie, le taux de participation à la main-d’œuvre des hommes dans la force de l'âge était de 93,5 %, contre seulement 62,1 % pour les femmes dans la force de l'âge. Le taux était encore plus bas pour les femmes en couple avec de jeunes enfants.

La sous-représentation des femmes aux postes de direction devrait s'aggraver

La proportion de femmes occupant des postes de direction dans le monde entier a progressé lentement au cours des deux dernières décennies. Elle a augmenté de moins de 3 points de pourcentage depuis 2000. En 2019, alors que les femmes représentaient près de 39 % de la population mondiale ( la main-d’œuvre), elles n'occupaient que 28 % des postes de direction. Cela suggère que le plafond de verre est toujours très présent, les hommes continuant à dominer les postes de décision tels que les PDG, les hauts fonctionnaires et les législateurs, en occupant près des trois quarts de ces postes.

Pendant ce temps, l'impact disproportionné de la pandémie sur les femmes menace de faire reculer les quelques progrès réalisés ces dernières décennies. La part des femmes occupant des postes de direction a diminué, parfois de manière significative, entre le quatrième trimestre de 2019 et le troisième trimestre de 2020 dans plus de la moitié des 47 pays dont les données sont disponibles. Les chiffres trimestriels étaient disponibles principalement pour les pays à revenu élevé. Néanmoins, cette tendance est susceptible de se vérifier dans les pays à plus faible revenu, où souvent plus de la moitié des femmes cadres sont indépendantes. Les mesures de distanciation sociale, les verrouillages et les distorsions des chaînes d'approvisionnement et des marchés ont exacerbé les inégalités et les difficultés structurelles qui entravent généralement les performances et la croissance des entreprises dirigées par des femmes, et ont conduit nombre d'entre elles à cesser leurs activités.

  • Impact de la pandémie sur les estimations et les projections modélisées par l'OIT

L'OIT gère activement une série de modèles économétriques qui sont utilisés pour produire des estimations des indicateurs du marché du travail dans les pays et les années pour lesquels les données rapportées par les pays ne sont pas disponibles et pour produire des prévisions. Les données d'entrée du modèle sont des séries chronologiques historiques. Le choc sans précédent créé sur le marché du travail par la pandémie de COVID-19 est difficile à évaluer par rapport aux données historiques. Ainsi, la plupart des séries de l'ensemble de données des estimations et projections modélisées du BIT se terminent maintenant en 2019 (dernière année pour laquelle les données de l'enquête annuelle la main-d’œuvre étaient disponibles au moment de la production des estimations). Pour certains indicateurs, un modèle de prévision immédiate est utilisé pour fournir des estimations pour 2020 et un nouveau modèle de projection est utilisé pour prévoir les estimations pour 2021. Compte tenu de la situation exceptionnelle, et notamment de la rareté des données pertinentes, les estimations pour 2020-21 sont entachées d'une grande incertitude.

Pour plus d'informations sur les modèles de prévision immédiate et de projection, se reporter aux annexes du ILO Monitor : COVID-19 et le monde du travail.

Une part croissante de jeunes femmes qui ne sont pas dans l'enseignement, l'emploi ou la formation

Dans le monde entier, la part des jeunes qui ne sont pas dans l'éducation, l'emploi ou la formation (NEET) n'a montré aucun signe significatif d'amélioration depuis plus d'une décennie, tandis que les jeunes femmes continuaient d'être touchées de manière disproportionnée par rapport à leurs homologues masculins. En 2019, les jeunes femmes étaient plus de deux fois plus susceptibles que les jeunes hommes d'être sans emploi et de ne pas suivre d'études ni de formation.

Si les chiffres globaux ne sont pas encore disponibles pour l'ensemble de 2020, les chiffres trimestriels montrent que le taux de NEET était plus élevé au deuxième trimestre de 2020 que l'année précédente dans 45 des 50 pays dont les données sont disponibles. Cela n'est pas surprenant puisque les mesures de verrouillage de la pandémie de COVID-19 ont provoqué des pertes d'emploi sans précédent en 2020, avec des pertes plus importantes pour les jeunes travailleurs (8,7 %) que pour les travailleurs plus âgés (3,7 %). Dans le même temps, l'enseignement technique et professionnel et la formation en cours d'emploi ont subi des perturbations massives, obligeant de nombreuses personnes à abandonner leurs études.

La dégradation de la situation des jeunes due à la crise du COVID-19 est particulièrement inquiétante pour les jeunes femmes. Près d'un tiers des jeunes femmes dans le monde n'étaient déjà pas dans l'éducation, l'emploi ou la formation en 2019.

Les mesures de confinement menacent les moyens de subsistance des travailleurs de l'économie informelle, les femmes étant surreprésentées dans les secteurs à haut risque.

On estime à 1,6 milliard le nombre de travailleurs de l'économie informelle - soit 76 % des travailleurs informels dans le monde - qui ont été touchés de manière significative par les mesures de verrouillage et/ou qui travaillent dans les secteurs les plus touchés tels que l'hébergement et la restauration. Parmi eux, les femmes étaient surreprésentées dans les secteurs à haut risque : 42 % des femmes travaillaient dans ces secteurs, contre 32 % des hommes.

Alors que l'emploi informel a tendance à augmenter pendant les crises, agissant souvent comme une option "par défaut" pour la survie ou le maintien des revenus, les limitations de la circulation des personnes et des biens pendant la pandémie de COVID-19 ont restreint ce type de mécanisme d'adaptation. En conséquence, les travailleurs informels et leurs familles se sont retrouvés dans une position extrêmement précaire, exposés à des pertes de revenus soudaines et à des risques accrus de tomber dans la pauvreté.

  • Le rôle de l'OIT dans le suivi des ODD

Depuis plus d'un siècle, l'OIT s'occupe des questions relatives au monde du travail. C'est pourquoi elle a été choisie pour être l'agence gardienne de 14 indicateurs relatifs au travail décent dans le cadre de 5 des 17 objectifs du site développement durable . En tant que dépositaire, l'OIT est responsable de :

  • Compilation de statistiques nationales à partir des producteurs de données ;
  • Vérifier les données et métadonnées des pays et assurer la comparabilité internationale ;
  • Estimation des agrégats mondiaux et régionaux ;
  • Analyser les données et identifier les lacunes et les tendances clés ;
  • Communiquer annuellement les données et les métadonnées aux Nations unies ;
  • Contribuer aux rapports d'avancement sur les ODD ; et
  • Renforcer la capacité nationale à produire des données de haute qualité sur les indicateurs de travail des ODD.

Comme nous le savons depuis un certain temps, la crise du COVID-19 a eu des impacts disproportionnés sur les femmes. Les données disponibles montrent de plus en plus à quel point cela exacerbe les inégalités de genre existantes. Dans ce contexte, pour reconstruire mieux et plus équitablement, les politiques de l'emploi doivent placer l'égalité des sexes au cœur des efforts de relance, tandis que nous devons également renforcer les mesures et les données relatives au genre pour quantifier de manière adéquate les défis auxquels nous sommes confrontés.

Auteurs

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Défiler vers le haut
Skip to content