Au moins 44'000 arrêts de travail depuis 2010

Un dialogue social efficace est un moyen essentiel pour promouvoir de meilleurs salaires et conditions de travail. Mais lorsqu'il échoue, des arrêts de travail peuvent s'ensuivre. Les données de l'OIT montrent que cela s'est produit au moins 44 mille fois depuis 2010.
Marcel Crozet / OIT

Depuis 2010, il y a eu au moins 44'000 arrêts de travail dans le monde, la plupart dans le secteur manufacturier.

Un dialogue social efficace est un moyen de promouvoir de meilleurs salaires et conditions de travail. Il constitue donc l'un des principaux piliers du travail décent. Le dialogue social comprend les négociations, les consultations et l'échange d'informations entre les travailleurs, les employeurs et les gouvernements. Il couvre également la négociation collective et les mécanismes de prévention et de résolution des conflits.

Cependant, les conflits ne peuvent pas toujours être évités. Parfois, ils peuvent même entraîner des arrêts de travail.

Les données de l'OIT nous donnent une idée de la fréquence à laquelle cela se produit.

Les arrêts de travail dans le monde

Les données de l'OIT montrent que depuis 2010, il y a eu au moins 44'000 arrêts de travail dans le monde.

Ce chiffre représente la borne inférieure du nombre réel d'arrêts de travail dans le monde depuis 2010. En effet, nous disposons de données pour seulement 56 pays (moins d'un tiers des pays du monde). Qui plus est, même pour les pays disposant de données, celles-ci peuvent ne pas couvrir toutes les activités économiques et toutes les zones géographiques.

Ainsi, le nombre réel d'arrêts de travail dans le monde depuis 2010 pourrait être bien supérieur à 44'000.

Données disponibles pour les grèves et les lock-out

(Passez votre souris sur un pays pour en savoir plus).

Pour consulter le tableau complet des données sur le nombre de grèves et de lock-out pour les pays disposant de données depuis 2010, cliquez ici.

Arrêts de travail par secteur : l'industrie manufacturière en tête

Dans 18 des 44 pays disposant de données sur les arrêts de travail par secteur, la part la plus importante des arrêts a eu lieu dans le secteur manufacturier. En fait, en Estonie, à Maurice et en Thaïlande, tous les arrêts de travail signalés ont eu lieu dans le secteur manufacturier.

En outre, toutes les grèves et lock-out signalés concernaient le secteur de la construction au Panama et aux Seychelles, l'éducation en Lituanie et l'exploitation minière en Fédération de Russie. 

 

Secteur avec la plus grande part d'arrêts de travail

Part des arrêts de travail dans le secteur, dernière année disponible

Domaine problématique des statistiques du travail

Les caractéristiques et les questions liées aux arrêts de travail en font un domaine très problématique des statistiques du travail. En fait, il existe plusieurs défis à la production de statistiques fiables, opportunes et comparables sur les grèves et les lockouts, tels que :

- l'impact de la législation nationale dans les concepts et méthodes utilisés pour collecter les données,

- les circonstances politiques et sociales qui rendent difficile dans certains cas l'obtention d'informations sur les arrêts de travail,

- la variété des sources de données possibles, qui pourrait nuire à la cohérence et à la comparabilité des données,

- la couverture des statistiques, qui est souvent moins complète (il est difficile de produire des statistiques nationales couvrant toutes les activités économiques, tous les types de travailleurs et tous les conflits du travail),

- les différences entre les concepts et les définitions utilisés qui nuisent davantage à la cohérence des données. En particulier, les critères établis pour considérer les arrêts de travail comme tels influenceront grandement les chiffres (seuil de temps minimum pour l'arrêt, critères utilisés pour considérer un arrêt de travail comme un événement unique, type d'arrêts couverts, etc.)

En outre, lorsque des données existent, il est difficile de les interpréter. Les arrêts de travail sont l'échec du dialogue social, mais ils sont aussi la preuve que les travailleurs et les employeurs peuvent exprimer leurs griefs et leurs revendications.

Le rôle central de l'OIT dans les statistiques sur les arrêts de travail

L'OIT est un acteur de premier plan dans le domaine des statistiques sur les arrêts de travail.

Malgré les difficultés mentionnées ci-dessus, le département des statistiques de l'OIT compile des statistiques sur les grèves et les lockouts depuis plusieurs décennies.

En fait, les données sur les grèves et les lock-out ont été publiées dans le tout premier numéro de l'Annuaire des statistiques du travail de l'OIT, en 1936 !

Précédent
Suivant

Consultez tous les indicateurs sur les arrêts de travail disponibles dans ILOSTAT ainsi que des informations méthodologiques utiles ici.

Auteur

  • Rosina Gammarano

    Rosina est économiste au sein de l'unité de production et d'analyse des données du département des statistiques de l'OIT, actuellement détachée auprès de l'équipe du coordinateur résident des Nations unies au Mexique. Au BIT, elle a été le point focal sur les indicateurs du marché du travail des ODD et un auteur récurrent pour Spotlight on Work Statistics. Passionnée par les questions d'inégalité et de genre, elle partage désormais son expertise avec le bureau de l'ONU à Mexico.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :