COVID-19 et les objectifs développement durable : Inverser les progrès vers un travail décent pour tous

La pandémie a fait des ravages dans la vie des gens et des sociétés, mais dans quelle mesure a-t-elle fait reculer la communauté mondiale dans la réalisation des objectifs des ODD liés au travail décent et à la croissance économique ?

Le site développement durable Rapport sur les objectifs 2021 a révélé les effets dévastateurs de la crise du COVID-19 sur la mise en œuvre des développement durable Goals (SDGs). Bien que le rapport ait souligné que l'insuffisance des sources de données officielles rendait difficile l'obtention en temps réel d'une image détaillée et précise des progrès accomplis dans la réalisation des ODD, il a identifié un certain nombre de domaines nécessitant une action urgente et coordonnée. On dispose désormais de davantage de données pour évaluer l'impact de la pandémie sur les marchés du travail. Si le tableau s'éclaircit peu à peu, les perspectives ne sont pas plus brillantes pour autant.

Le taux de travailleurs pauvres a augmenté en 2020 pour la première fois en deux décennies.

La proportion de travailleurs pauvres avait régulièrement diminué dans le monde, passant de 26,1 % en 2000 à 6,7 % en 2019 ; toutefois, la pandémie de COVID-19 a perturbé cette tendance. En 2020, la part mondiale des travailleurs vivant avec leur famille sous le seuil de pauvreté international a augmenté pour la première fois depuis 2000 (date à laquelle la série de données commence), atteignant 7,2 pour cent, ce qui s'est traduit par 8 millions de travailleurs supplémentaires vivant dans la pauvreté par rapport à 2019. Bien que le taux de travailleurs pauvres ait légèrement diminué en 2021, il est resté, à 6,9 %, supérieur au taux prépandémique.

La part des travailleurs pauvres a augmenté dans toutes les régions en 2020, sauf en Europe et en Asie centrale, où le faible taux de 0,3 % de 2019 est resté inchangé. Bien que les taux aient diminué en 2021 pour certaines régions, la plupart ne sont toujours pas revenus à leur niveau de 2019. Seule la région Asie-Pacifique est parvenue à ramener son taux de travailleurs pauvres à 2,9 pour cent depuis le début de la pandémie. Pendant ce temps, les deux régions où les taux de travailleurs pauvres sont les plus élevés - l'Afrique et les États arabes - ont connu les plus fortes augmentations au cours des deux dernières années, de plus d'un point de pourcentage chacune. Sans surprise, la proportion de travailleurs pauvres reste alarmante dans les pays à faible revenu, où plus de 40 pour cent des personnes employées vivent dans des ménages pauvres.

Le chômage devrait rester au-dessus de son niveau pré-pandémique jusqu'en 2023 au moins.

En 2021, le taux de chômage mondial a légèrement diminué pour atteindre 6,2 %, ce qui reste bien supérieur au taux pré-pandémique de 5,4 %. Cela se traduit par 28 millions de chômeurs de plus en 2021 qu'en 2019. L'OIT prévoit que le chômage restera au-dessus de son niveau de 2019 jusqu'en 2023 au moins. Il convient toutefois de noter que le niveau de chômage ne rend pas compte de l'impact de la crise sur le plein emploi, car de nombreuses personnes ayant quitté le site main-d’œuvre ne l'ont pas réintégré par la suite. Le taux d'inactivité était de 41,0 % en 2021, soit 1,5 point de pourcentage de plus que le taux de 2019. Cela se traduit par 147 millions de personnes supplémentaires en dehors du site main-d’œuvre, un nombre qui devrait continuer à augmenter. En outre, le taux de chômage ne reflète pas la réduction du temps de travail de ceux qui sont restés employés. En 2021, 4,3 % des heures de travail mondiales ont été perdues par rapport au quatrième trimestre de 2019, ce qui équivaut à un déficit de 125 millions d'emplois à temps plein (en supposant une semaine de travail de 48 heures).

Les groupes du marché du travail qui ont été touchés de manière disproportionnée par la crise - les femmes et les jeunes - se rétablissent désormais le plus lentement. Ainsi, le taux de chômage des femmes s'élevait à 6,4 % en 2021, soit à peine 0,1 point de pourcentage de moins qu'en 2020, alors que chez les hommes, il a diminué de 0,6 point de pourcentage sur la même période.

De même, les jeunes ont continué à signaler des taux de chômage plus élevés qu'avant la pandémie dans 40 des 46 pays disposant de données trimestrielles pour 2021. En outre, il est désormais prouvé que les personnes handicapées ont également été plus durement touchées. C'est troublant, car leur taux de chômage était déjà plus élevé que celui des personnes non handicapées dans la plupart des pays. En outre, elles sont moins susceptibles de participer au marché du travail. La différence moyenne (non pondérée) entre les taux de chômage des personnes handicapées et non handicapées dans les 25 pays pour lesquels des données sont disponibles a bondi de 1,2 point de pourcentage en 2019 à 2,1 points de pourcentage en 2020.

La proportion de jeunes qui n'ont pas d'emploi, d'éducation ou de formation a atteint un niveau record.

La proportion de jeunes dans le monde qui n'ont pas d'emploi, d'éducation ou de formation (NEET) est maintenant à son niveau le plus élevé depuis 2005 (date du début de la série). L'échéance de la cible 8.6 des ODD, à savoir réduire sensiblement le taux de NEET des jeunes, était fixée à 2020. Il est clair que cette cible n'a pas été atteinte.

Le taux de NEET des jeunes était resté inchangé de 2015 à 2019, oscillant autour de 22 % tout au long de la période, mais il a augmenté à 23,3 % en 2020. Cela représentait une augmentation de près de 20 millions de jeunes dans cette situation peu enviable. La pandémie et les mesures d'endiguement qui l'accompagnent ont anéanti de manière disproportionnée les possibilités d'emploi des jeunes, ainsi que leurs perspectives d'éducation et de formation. Alors que les jeunes ne représentaient que 13 % de l'emploi total avant la crise (2019), ils ont été à l'origine de 34,2 % de la baisse de l'emploi en 2020. De manière significative, l'enseignement technique et professionnel et la formation sur le tas ont tous subi des perturbations massives, obligeant de nombreux jeunes à abandonner leurs programmes d'études et de formation.

En termes de régions, le taux de NEET en 2020 allait de 15,3 % en Europe et en Asie centrale à 35,6 % dans les États arabes. Les disparités régionales sont encore plus frappantes pour les jeunes femmes. Dans toutes les régions, les jeunes femmes étaient beaucoup plus susceptibles de se trouver exclues de l'emploi, de l'éducation et de la formation. En 2020, le taux de NEET était de 31,5 % pour les jeunes femmes, contre 15,7 % pour les jeunes hommes. Cet écart était le même en 2005, ce qui signifie que les jeunes femmes ont été plus de deux fois plus susceptibles que les jeunes hommes d'être sans emploi et de ne pas suivre d'études ou de formation au cours des 15 dernières années.

La pandémie a eu pour conséquence qu'un nombre croissant de jeunes n'ont ni acquis une expérience professionnelle grâce à un emploi, ni développé leurs compétences en participant à un programme éducatif ou professionnel. Cela risque d'avoir un impact durable, rendant plus difficile leur transition vers le marché du travail dans les années à venir. Les efforts visant à réduire les taux de jeunes NEET, en mettant l'accent sur les jeunes femmes en particulier, doivent être intensifiés de manière significative alors que le monde commence à se remettre de la crise du COVID-19.

Il existe une possible lueur d'espoir pour l'emploi des jeunes

Une autre cible des ODD fixée pour 2020, à savoir la cible 8.b, consistait à élaborer et à rendre opérationnelle une stratégie mondiale pour l'emploi des jeunes. Selon les dernières données disponibles (de 2020 ou 2021) pour 137 pays, 98 pour cent d'entre eux avaient une stratégie pour l'emploi des jeunes ou avaient l'intention d'en élaborer une prochainement. Environ 41 pour cent des pays déclarants (56 pays) avaient opérationnalisé leur stratégie pour l'emploi des jeunes en 2020 ou 2021.1Bien que les stratégies nationales pour l'emploi des jeunes soient généralement pluriannuelles, le fait qu'une stratégie soit en place une année donnée n'implique pas nécessairement qu'elle le restera l'année suivante. Par ailleurs, 34 % (soit 47 pays) disposent d'une stratégie, mais rien ne prouve qu'ils la mettent réellement en œuvre. Enfin, 23 pour cent (soit 31 pays) ont indiqué qu'ils étaient en train d'élaborer une stratégie pour l'emploi des jeunes. Il est important de noter que des données manquent encore pour de nombreux pays : une meilleure couverture des données pourrait modifier radicalement le tableau général.

Au rythme actuel, il faudra plus de cent ans pour atteindre la parité hommes-femmes dans les postes de direction.

Comme nous l'avons déjà souligné, les travailleuses ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie. Elles représentaient 39,4 pour cent de l'emploi total juste avant la pandémie, c'est-à-dire en 2019, mais près de 45 pour cent des pertes d'emploi mondiales en 2020. L'impact démesuré de la crise sur les perspectives d'emploi des femmes est particulièrement troublant compte tenu des difficultés rencontrées de longue date par les femmes pour accéder à un travail décent, notamment à des postes de décision. La part des femmes occupant des postes de direction dans le monde n'a que légèrement augmenté au cours des deux dernières décennies, à savoir de 25,3 % en 2000 à 28,3 % en 2019. Elle est restée inchangée de 2019 à 2020, qui a été la première année sans augmentation depuis 2013. À l'échelle mondiale, les hommes continuent de dominer les postes de décision tels que les législateurs, les hauts fonctionnaires, les directeurs généraux et d'autres postes de direction. Au rythme actuel, plus de 140 ans devraient s'écouler avant que la parité entre les sexes ne soit atteinte dans les postes de direction.

L'emploi informel n'a souvent pas joué son rôle contracyclique traditionnel d'absorption des travailleurs déplacés du secteur formel.

En 2019, 2 milliards de personnes dans le monde travaillaient dans l'économie informelle, exerçant des emplois caractérisés par une faible qualité d'emploi et un manque de protection sociale. Aux premiers stades de la pandémie, l'emploi informel (dans les pays où le marché du travail est dual) n'a souvent pas joué son rôle contracyclique traditionnel consistant à absorber les travailleurs déplacés du secteur formel.

De nouveaux éléments provenant de 29 pays dont les données sont disponibles indiquent que l'emploi informel a été touché de manière disproportionnée par les pertes d'emploi en 2020 dans certaines régions. Dans les Amériques, qui ont connu la plus forte baisse de l'emploi de toutes les régions, les travailleurs employés de manière informelle étaient presque deux fois plus susceptibles de perdre leur emploi que leurs homologues formels. Cette situation peut être attribuée à plusieurs facteurs. Premièrement, l'informalité est très répandue dans les secteurs les plus durement touchés, où les fermetures et les mesures de confinement ont empêché les travailleurs informels de vaquer à leurs occupations, et où les possibilités de télétravail étaient limitées. Deuxièmement, il est relativement facile de mettre fin aux relations de travail informelles. Troisièmement, les travailleurs informels sont souvent employés dans de petites entreprises, qui ont eu du mal à survivre après de longues périodes d'inactivité et ont eu un accès plus limité aux mesures de soutien, notamment aux programmes de maintien des travailleurs.

Avec la reprise progressive de l'activité économique, l'emploi informel, en particulier l'emploi indépendant, a connu un fort rebond dans certaines régions, et de nombreux travailleurs informels sont revenus de l'inactivité. Par exemple, les emplois informels ont représenté plus de 70 % de la création nette d'emplois depuis la mi-2020 dans de nombreux pays d'Amérique latine.

Il convient de noter qu'une grande partie des personnes employées de manière informelle sont des travailleurs à leur compte qui gèrent leur propre entreprise économique ou exercent une profession ou un métier de manière indépendante, mais n'emploient aucun salarié. Les travailleurs familiaux contributeurs participent aux activités familiales sans contrat ni rémunération, et sont donc informels par définition. L'essoufflement du marché du travail a poussé de nombreux travailleurs à s'engager plutôt dans des entreprises familiales, ce qui a entraîné une augmentation de l'incidence des travailleurs familiaux contribuants en 2020 et 2021. Cela a inversé une tendance à la baisse à long terme. Dans l'ensemble, cependant, la proportion de travailleurs familiaux pour compte propre et contributeurs dans l'emploi total est restée inchangée de 2019 à 2021, oscillant autour de 43,4 %.

L'impact disproportionné de la crise sur les petites entreprises a entraîné une évolution volatile de la productivité.

La productivité du travail, mesurée comme la production moyenne générée par travailleur (ou par heure travaillée), est un indicateur clé de l'efficacité de l'économie et du marché du travail d'un pays. L'impact de la pandémie a entraîné une évolution volatile et sans précédent des niveaux de productivité du travail dans le monde. En 2020, la crise a entraîné une forte baisse de la production et de l'emploi, et la production mondiale par travailleur a diminué de 0,6 %, la première baisse de ce type depuis 2009. Toutefois, le nombre d'heures de travail a chuté de 8,9 %, une baisse bien plus importante que celle de l'emploi (3,2 %). En conséquence, la productivité mesurée par heure a bondi de 4,9 % en 2020, soit plus du double du taux de croissance moyen à long terme.

De nouvelles données suggèrent qu'un effet de composition important et inquiétant est à l'origine de la hausse de la productivité par heure travaillée en 2020: les entreprises et les secteurs les moins productifs ainsi que les travailleurs les moins bien rémunérés ont été frappés de manière disproportionnée par la crise, tandis que les entreprises plus productives et les hauts revenus ont subi beaucoup moins de dommages.

En termes de régions, les États arabes ont connu la plus forte baisse de la production par travailleur en 2020, à savoir -5,4 pour cent, suivis par l'Europe et l'Asie centrale avec -3,8 pour cent. En revanche, dans les Amériques, qui ont connu des pertes d'emploi particulièrement importantes en 2020, la production par travailleur a augmenté de 3,5 % au cours de l'année.

Selon les estimations préliminaires, la production mondiale par travailleur a fortement rebondi en 2021, augmentant de 3,2 %. Toutefois, la productivité des pays les moins avancés a diminué de 1,6 % au cours de l'année. En raison de cette dynamique, l'écart de productivité entre les économies en développement et les économies avancées s'est creusé pendant la pandémie. En 2021, le travailleur moyen d'un pays à revenu élevé a produit 13,6 fois plus que le travailleur moyen d'un pays à faible revenu, contre un ratio de 13,2 en 2019.

L'impact de la crise du COVID-19 d'un point de vue statistique

Pendant la pandémie, à un moment où les données étaient les plus nécessaires, de nombreux bureaux statistiques ont eu du mal à compiler des statistiques de base, soulignant une fois de plus la nécessité d'investir dans la collecte de données et la production de statistiques. Cet aspect et de nombreux autres aspects de l'impact de COVID-19 sont abordés dans les trois volumes de How COVID-19 Is Changing the World : A Statistical Perspective (Volume I (2020) | Volume II (2020) | Volume III (2021)), compilés conjointement par plusieurs organisations internationales sous l'égide du Comité de coordination des activités statistiques.

En ce qui concerne les enquêtes main-d’œuvre et les statistiques du marché du travail, un examen mondial révèle que les différences de pratiques ont entraîné des variations importantes de l'impact de la pandémie entre les régions. Les pays qui s'appuient entièrement sur la collecte de données en face à face et ceux qui mènent des enquêtes irrégulières ont généralement fait état d'impacts plus importants. Cela dit, tous les pays ont rencontré des difficultés majeures. Le Département des statistiques du BIT a donc publié une série de notes techniques portant le titre général COVID-19 : Guidance for Labour Statistics Data Collection afin de fournir des conseils aux producteurs de données nationaux sur une série de questions spécifiques, notamment :

La crise de COVID-19 a également perturbé l'ensemble des modèles économétriques de l'OIT utilisés pour produire des estimations des indicateurs du marché du travail dans les pays et les années pour lesquels les données fournies par les pays ne sont pas disponibles. Les entrées du modèle sont des données historiques de séries chronologiques. Le choc sans précédent causé par la pandémie sur le marché du travail est difficile à évaluer en se référant à ces données historiques. Pour les indicateurs liés aux heures de travail, un modèle de prévision immédiate a été mis au point pour fournir des estimations opportunes, qui ont été présentées dans les différentes éditions de l'Annuaire de l'OCDE. ILO Monitor : COVID-19 et le monde du travail. Toutefois, le BIT est toujours en train de mettre à jour la méthodologie permettant d'obtenir des estimations modélisées d'autres indicateurs et/ou d'accroître la granularité des estimations déjà fournies, telles que les ventilations par sexe et par âge.

Auteurs

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :

Nouveau sur ce site ?