L'intérêt pour le volontariat a atteint de nouveaux sommets en mars et avril 2020

En temps normal, un milliard de personnes donnent leur temps et leur énergie chaque année, apportant une aide non rémunérée à autrui. La pandémie de COVID-19 a-t-elle entraîné une augmentation du bénévolat dans le monde ?

L'année 2020 restera certainement comme l'une des années les plus difficiles de l'histoire récente. Des milliards de personnes dans le monde ont connu l'insécurité et la souffrance. Un rétablissement complet prendra probablement plusieurs années et nécessitera des efforts considérables de la part de tous les pays.

Pourtant, la catastrophe qui a frappé l'humanité au début de l'année a une fois de plus révélé un fait bien connu : nous sommes capables de nous rassembler et de nous soutenir mutuellement dans les moments difficiles. Cela permet d'espérer un avenir meilleur, pour autant que nous parvenions à tirer les leçons de la crise du COVID-19.

Par le biais d'organisations ou à titre individuel, de nombreuses personnes se sont portées volontaires pour aider ceux qui en avaient besoin. En fait, la plupart des habitants de la planète l'ont probablement fait, vu l'ampleur de la crise. Très probablement, vous avez vous-même aidé un ami ou un voisin au moins une fois en ces temps difficiles.

Il n'existe malheureusement pas d'estimation globale du nombre de personnes ayant effectué du travail volontaire cette année. Seuls quelques pays mesurent régulièrement le travail bénévole, et certains de ceux qui le font ont dû suspendre leur collecte de données en raison des restrictions COVID-19. La dernière estimation mondiale a été publiée en 2018. Selon cette estimation du programme des Volontaires des Nations unies (VNU), un milliard de personnes choisissent d'apporter une aide non rémunérée aux autres, leurs efforts combinés représentant l'équivalent de 109 millions de travailleurs à temps plein par an.

Malgré l'absence d'estimations mondiales plus récentes, il existe des données facilement accessibles qui suggèrent que l'intérêt pour le volontariat en tant que tel a augmenté dans le monde entier en mars et avril 2020. Si l'on considère les cinq dernières années, les valeurs les plus élevées de l'indice de recherche Google pour le mot "volontariat" - dans différentes langues - ont été enregistrées précisément au cours de ces deux mois du début 2020, lorsque la pandémie était à son apogée.

Mais le niveau de participation effective au volontariat a-t-il suivi le même schéma ? Il est difficile de le dire. Certaines personnes ont peut-être cherché des informations sur le bénévolat sans avoir l'intention de le faire. Beaucoup de ceux qui ont recherché des opportunités de volontariat n'ont peut-être pas été en mesure de réaliser les activités qu'ils souhaitaient en raison de restrictions COVID-19 ou de maladies. En outre, de nombreuses personnes se sont très probablement portées volontaires sans chercher d'abord sur Google.

Quel que soit le nombre réel de volontaires au cours de la pandémie, ces graphiques aboutissent à une conclusion importante : des personnes issues de différentes régions du monde et des cultures les plus diverses ont réagi de manière similaire à la crise. Bien que les valeurs de l'index de recherche Google ne puissent servir que d'approximation du niveau d'intérêt pour le volontariat, elles montrent que cet intérêt a augmenté de manière significative à un moment où les sociétés avaient plus que jamais besoin de cohésion et de solidarité. Il s'agit là d'un résultat encourageant, dont il faut absolument tenir compte lors de l'élaboration et de la mise en œuvre de politiques visant à instaurer une société équitable et développement durable.

Estimation du potentiel de volontariat

Mais que faire si la conclusion ci-dessus n'est pas tout à fait correcte ? Peut-être que la plupart des gens sont toujours prêts à aider - et pas seulement dans les moments très difficiles ! L'intérêt pour le volontariat a peut-être augmenté en 2020, principalement parce que le besoin d'aide est devenu extrêmement visible dans les reportages et dans la rue.

Si tel est le cas, les statistiques pourraient jouer un rôle important dans la promotion de la cohésion sociale. Il faudrait pour cela estimer régulièrement la demande et l'offre de volontaires, et communiquer ces estimations de manière claire et accessible. Rendre ces informations facilement accessibles pourrait contribuer à stimuler la participation au travail bénévole.

Un large éventail de mesures actuellement utilisées pour évaluer le taux de progression dans différents domaines aux niveaux national, régional et international - comme les indicateurs des objectifs développement durable - pourrait être appliqué pour estimer le besoin de travail volontaire. Cependant, des données précises pour les indicateurs de l'offre réelle et potentielle de travail volontaire ne sont généralement pas disponibles, car seul un petit nombre de pays mesure régulièrement le volontariat. En outre, il est difficile de faire des comparaisons internationales en raison des différentes approches de mesure utilisées.

Pour faire face à ce problème, l'OIT et le programme VNU ont développé de nouveaux outils d'enquête et des conseils pour la collecte de données. Les pays sont encouragés à les appliquer pour produire des statistiques complètes sur les différents types de travail volontaire.

En attendant, à l'occasion de la Journée internationale des volontaires, célébrons tous les efforts des nombreux volontaires dans le monde. Rejoignez la fête et suivez les hashtags #TogetherWeCan et #IVD2020UNV sur le compte Twitter @UNVolunteers .

Auteur

  • Vladimir Ganta

    Vlad est statisticien au sein de l'équipe d'enquête main-d’œuvre du département des statistiques de l'OIT. Il est spécialisé dans la mesure du travail bénévole.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Langue :

Nouveau sur ce site ?