Journée internationale des familles : Comment l'état matrimonial influence les résultats sur le marché du travail

La vie conjugale a toujours un effet sexospécifique sur les résultats des femmes et des hommes sur le marché du travail, notamment sur leur participation au site la main-d’œuvre , le type d'emploi qu'ils occupent et les formes de sous-utilisation de la main-d'œuvre auxquelles ils sont exposés.
Annie Spratt / Unsplash
Annie Spratt / Unsplash

Chaque année, le 15 mai, le monde célèbre la Journée internationale des familles, reconnaissant ainsi l'importance des familles en tant qu'unités de base de la société. Cette journée est l'occasion de sensibiliser et de partager des connaissances sur les questions sociales, économiques et démographiques liées aux familles.

Au milieu de la pandémie de COVID-19, il est clair que les familles sont mises à rude épreuve, faisant face à de nouvelles pressions pendant la crise alors qu'elles s'abritent des risques sanitaires et s'occupent des enfants non scolarisés tout en s'acquittant des tâches ménagères et des responsabilités professionnelles.

La communauté internationale s'est engagée à réaliser l'égalité entre les hommes et les femmes en général d'ici à 2030 dans le cadre de l'Agenda 2030 pour développement durable, mais sans l'égalité des sexes dans les familles, cet objectif ne sera pas atteint dans les sociétés et les économies.

À cet égard, l'OIT et l'ONU-Femmes ont récemment constaté que les taux d'activité des femmes et des hommes sur le site la main-d’œuvre sont étroitement liés à la composition du ménage dans lequel ils vivent: le taux d'activité des femmes sur le site la main-d’œuvre est nettement plus faible chez les femmes vivant avec un partenaire et des enfants que chez les femmes vivant uniquement avec un partenaire. Le taux d'activité des femmes vivant avec un partenaire et des enfants est nettement inférieur à celui des femmes vivant seules. Le schéma exactement inverse est observé pour les hommes.

Outre la nouvelle base de données sur les indicateurs du travail par type de ménage, ILOSTAT comprend également de nombreux indicateurs du travail ventilés par sexe et par état civil, ce qui nous permet d'approfondir la question de savoir comment les normes sociales liées au genre façonnent la situation des femmes et des hommes sur le marché du travail.

Le mariage augmente la participation des hommes à la main-d’œuvre et diminue celle des femmes.

Grâce à la ventilation par état matrimonial disponible dans ILOSTAT pour de nombreux indicateurs de travail, nous pouvons confirmer une fois de plus l'effet sexospécifique du mariage sur la participation au site la main-d’œuvre .

En général, les hommes ont des taux d'activité la main-d’œuvre plus élevés que les femmes, mais cet écart entre les sexes est exacerbé pour les personnes mariées. Dans les 107 pays disposant de données, le taux de participation à la main-d’œuvre dans la force de l'âge est plus élevé pour les hommes mariés que pour les femmes mariées. L'écart entre les sexes en matière de participation au site la main-d’œuvre est plus important chez les personnes mariées que chez les célibataires dans tous les pays disposant de données, à l'exception d'un seul (les îles Cook).

De plus, dans tous les pays disposant de données, les hommes dans la force de l'âge ont un taux de participation à la main-d’œuvre plus élevé lorsqu'ils sont mariés que lorsqu'ils sont célibataires, alors qu'il n'en va de même pour les femmes que dans 18 % des pays disposant de données.

Les personnes mariées, et surtout les femmes mariées, sont plus susceptibles d'être sous-employées ou découragées.

Le taux d'activité la main-d’œuvre indique la proportion de personnes qui se trouvent sur le site la main-d’œuvre (qu'elles aient un emploi ou qu'elles soient au chômage). Il ne fait pas la distinction entre les chômeurs et les personnes qui ont un emploi mais qui souhaiteraient travailler plus d'heures qu'elles ne le font. En ce sens, les mesures de sous-utilisation de la main-d'œuvre sont très révélatrices.

D'après les données d'ILOSTAT disponibles dans 103 pays du monde, les célibataires sont plus susceptibles d'être au chômage que les personnes mariées. Dans les 103 pays pour lesquels des données sont disponibles, le taux de chômage des personnes d'âge mûr est plus élevé chez les hommes célibataires que chez les hommes mariés, et dans 91 % des pays, il est plus élevé chez les femmes célibataires que chez les femmes mariées.

Toutefois, lorsqu'ils sont au chômage, les personnes mariées ont plus de mal à trouver un emploi approprié et restent au chômage plus longtemps. La proportion de chômeurs de longue durée (ceux qui sont au chômage depuis un an ou plus) est plus élevée pour les personnes mariées que pour les célibataires dans 91 % des pays disposant de données pour les femmes et dans 82 % des pays pour les hommes.

Cela suggère que les taux de chômage plus faibles des personnes mariées peuvent être dus au fait qu'elles se découragent dans leur recherche d'emploi ou qu'elles se consacrent aux activités ménagères. Les données montrent que cela est particulièrement vrai pour les femmes.

En effet, la part des femmes parmi les demandeurs d'emploi découragés dans la force de l'âge (ceux qui aimeraient prendre un emploi mais qui n'en cherchent pas pour des raisons liées à la situation du marché du travail) est plus importante parmi les personnes mariées que parmi les célibataires dans 84 % des pays disposant de données. De plus, dans 95 % des pays disposant de données, la part des femmes dans la population active potentielle la main-d’œuvre (ceux qui ne sont pas sur le site la main-d’œuvre mais qui sont soit disponibles pour un emploi, soit à la recherche d'un emploi) est plus importante chez les personnes mariées que chez les célibataires.

En outre, les femmes ayant un emploi sont plus susceptibles de travailler moins longtemps qu'elles ne le souhaiteraient que les hommes ayant un emploi, et cet aspect sexospécifique du sous-emploi lié au temps est plus marqué chez les personnes mariées. Le taux de sous-emploi lié au temps est plus élevé pour les femmes que pour les hommes en âge de travailler dans 76 % des pays disposant de données sur les personnes mariées et dans 64 % des pays sur les célibataires.

Les rôles stéréotypés des hommes et des femmes jouent encore un rôle trop important dans la situation des femmes et des hommes sur le marché du travail. Associé à des normes sociales sexistes, le mariage tient trop souvent les femmes à l'écart du site la main-d’œuvre et les expose de manière disproportionnée à différentes formes de sous-utilisation de la main-d'œuvre, en les empêchant de chercher un emploi alors qu'elles souhaiteraient en occuper un ou en les amenant à travailler moins d'heures qu'elles ne le souhaiteraient dans le cadre d'un emploi rémunéré.

Les femmes mariées travaillent souvent comme travailleuses familiales et les hommes mariés comme travailleurs indépendants.

Les données d'ILOSTAT suggèrent que l'état civil des travailleurs peut également influencer le type d'emploi qu'ils occupent.

En général, les célibataires sont plus susceptibles d'être employés que les personnes mariées, et ce phénomène est plus prononcé pour les femmes. La part des employés qui sont salariés est plus importante pour les femmes célibataires que pour les femmes mariées dans 97 % des pays pour lesquels des données sont disponibles, et pour les hommes célibataires que pour les hommes mariés dans 87 % des pays pour lesquels des données sont disponibles.

Il existe différents types d'emplois indépendants, et il semble y avoir un modèle de genre dans le type d'emplois indépendants occupés. Dans l'ensemble, les hommes mariés semblent être plus susceptibles d'être des travailleurs indépendants, tandis que les femmes mariées semblent être plus susceptibles d'être des travailleuses familiales contribuant au revenu.

La part des employés qui travaillent pour leur propre compte est plus importante pour les femmes mariées que pour les femmes célibataires dans 85 % des pays pour lesquels des données sont disponibles, et pour les hommes mariés que pour les hommes célibataires dans 93 % des pays pour lesquels des données sont disponibles. De même, la part des employés qui sont des travailleurs familiaux cotisants est plus importante pour les femmes mariées que pour les femmes célibataires dans 75 % des pays disposant de données, alors qu'elle est plus importante pour les hommes mariés que pour les hommes célibataires dans seulement 13 % des pays disposant de données.

Cela montre comment les normes sociales sexuées et les rôles stéréotypés des hommes et des femmes se perpétuent dans la répartition des emplois au sein des unités économiques, en particulier les unités économiques familiales.

L'état matrimonial des travailleurs semble également être corrélé à leur profession, avec une fois de plus une forte tendance sexospécifique. Les données suggèrent que le mariage pousse les hommes à s'efforcer de progresser dans leur carrière et à atteindre des postes hautement qualifiés, alors qu'il a souvent l'effet inverse sur les carrières des femmes.

La part des femmes dans la gestion (qui est trop faible dans l'ensemble) est plus importante chez les célibataires que chez les personnes mariées dans 90 % des pays disposant de données. De même, la part des femmes dans les professions libérales est plus importante chez les célibataires que chez les personnes mariées dans 82 % des pays disposant de données. Inversement, la part des femmes dans les professions élémentaires est plus importante chez les célibataires que chez les personnes mariées dans seulement 39 % des pays disposant de données.

Principaux points à retenir

Le fait de ventiler les principales statistiques du travail en fonction de l'état civil permet de comprendre comment la vie familiale détermine la situation des personnes sur le marché du travail. En particulier, elle révèle les effets persistants de la vie conjugale sur les décisions économiques et professionnelles des individus.

Les normes sociales sexospécifiques font que le mariage pousse les hommes à participer davantage au la main-d’œuvre, à s'efforcer de progresser dans leur carrière et à atteindre des postes hautement qualifiés, alors qu'il a l'effet inverse sur la situation des femmes sur le marché du travail.

En outre, bien que les célibataires soient plus susceptibles d'être au chômage que les personnes mariées, cela semble être dû au fait que les personnes mariées sont plus exposées à d'autres formes de sous-utilisation de la main-d'œuvre. Une fois encore, les rôles sexués ont un impact, exposant les femmes mariées de manière disproportionnée au sous-emploi et reléguant nombre d'entre elles aux marges du marché du travail.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'impact de la composition du ménage sur la participation des femmes et des hommes à la main-d’œuvre , consultez notre blog précédent Le fait d'avoir des enfants freine davantage la participation des femmes à la main-d’œuvre que le fait de se marier.

Auteur

  • Rosina Gammarano

    Rosina est économiste au sein de l'unité de production et d'analyse des données du département des statistiques de l'OIT, actuellement détachée auprès de l'équipe du coordinateur résident des Nations unies au Mexique. Au BIT, elle a été le point focal sur les indicateurs du marché du travail des ODD et un auteur récurrent pour Spotlight on Work Statistics. Passionnée par les questions d'inégalité et de genre, elle partage désormais son expertise avec le bureau de l'ONU à Mexico.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Tout le contenu le plus récent du Département des statistiques de l'OIT livré dans votre boîte de réception une fois par trimestre.

Défiler vers le haut
Skip to content